Yaha Abdelhafid raconte l’histoire des maquis du FFS

La couverture du livre : FFS contre dictature.
La couverture du livre : FFS contre dictature.

Le 16 juin 1965, le Front des forces socialistes (FFS) signait avec le FLN des accords de sortie de crise qui reconnaissaient un multipartisme de fait. Mais l’espoir d’un régime démocratique est très vite étouffé par le coup d’Etat du 19 juin, qui met le pays sous la botte des militaires.

Cinquante ans après, Abdelhafidh Yaha, dit Si Lhafidh, l’un des fondateurs et chef militaire du FFS, signataire des accords, publie ses mémoires et raconte cette épopée encore méconnue : les premiers mois de l’indépendance, les joies de la liberté retrouvée malgré la misère et les privations, l’Armée des frontières qui a envahi le pays pour prendre le pouvoir, la création du FFS par des patriotes décidés à s’opposer au coup de force…

Acculé par la répression, le FFS, mouvement d’opposition politique, est contraint à la résistance armée dans le maquis.

Avec la "guerre des sables", lorsque le Maroc tente d’annexer la région de Béchar par la force, le FFS décrète une trêve et envoie ses troupes aux frontières pour «défendre l’intégrité du territoire». Une attitude patriotique qui sera exploitée par le duo Ben Bella-Boumediene pour lui donner le coup fatal.

La Kabylie, sortie exsangue de la Guerre de libération nationale, va alors jouer les prolongations pour vivre au rythme des ratissages, des exécutions sommaires, des viols et des tortures. Après la défaite militaire, le FFS ne renonce pas pour autant à son idéal et continue le combat dans la clandestinité et l’exil.

Le livre sera disponible en librairie dès samedi 20 juin 2015.

Alger, le 19 juin 2015

KOUKOU Editions

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
s@ber68 .

Félicitations pour le nouveau habillage du Matin Algérie.

J'ai vu une émission sur Berbère TV, Yaha Abdelhafid interviewer par Kamal Tarwihth, où il a fait des révélations sur Ait Ahmed qu'il n'a pas épargné, c'est tout le contraire de ce que je croyais de cet homme, auréolé par la légende de son opposition à Ben Bella, j'étais très déçu.

avatar
Bachir Ariouat

Le F. F. S., il a existait tant qu'il y avait Ali Mecili qui était la tête pensante et agissante du parti, après, c''en était fini de ce parti, en plus il n'a jamais se re-nouvellé de l'intérieur, finalement à mes yeux ce parti, il est sur la lignée du F. L. N., il leur sert de strapontin en quelques sorte, c'est pour cela que je ne crois absolument pas à ses idées, ni à son évolution, il y a une sorte de mafia qui s'est arrogé les commandes sur le parti, ils sont tous d'accord entre eux, la Kabylie et le peuple Kabyle, c'est leur dernier souci, pourvu que pour eux l'argent entre pour eux.

visualisation: 2 / 6