Hommage à Ameziane Mehenni

Meziane Mehenni
Meziane Mehenni

Le fil du temps passé ne te fait que grandir

19 juin 2004, 19 juin 2015.

Chaque année qui passe sans ta présence physique dans ce monde, le devoir de vérité m’interpelle encore plus fort pour persister dans le sens de ne jamais accepter que des nains salissent ta mémoire. Tu as été la sagesse, le militantisme, le sourire, l’espoir, le courage de vivre des moments difficiles que tu as découvert très tôt dans ton enfance parce que ton père était du domaine public. Les multiples moments de son emprisonnement par les hordes du pouvoir assassin te forgeait pour faire de toi ce que tu étais devenu.

En 1995, à la fleur de tes 20 ans, tu as assumé des responsabilités que rares sont ceux qui pouvaient les porter en présidant la Coordination des lycéens Amazighs en cette année cruciale et déterminante dans la vulgarisation du combat identitaire y compris chez les écoliers qui sont devenus adultes avant l’âge et par la force du combat.

Tu es parti au moment ou les mutations dans notre destin politique avaient tellement besoin de la finesse de tes visions. Les lâches t’ont assassiné en pleine ville de la liberté mais cette liberté galvaudée par les calculs machiavéliques de la Françalgérie ne veut finalement dire que la liberté des uns à disposer des autres.

"La raison d’Etat" française à fait que ton lâche assassinat soit classé dans le même registre que celui de Mecili, un autre militant de la démocratie que ton père a bien connu et que les œuvres artistiques de ton père ont bien connu aussi parce qu’il était pour quelque chose dans leur parution au début des années quatre-vingt.

Sois certain camarade, la raison tout court l’emportera sur la raison d’état. C’est juste une question de temps et de persévérance dans le combat pour la vérité, la justice et la dignité humaine.

Aucune divergence politique aussi importante soit-elle ne peut m’empêcher de te rendre hommage. Ce que tu représentes est beaucoup plus haut que toute autre considération. Ce que ton père Ferhat a fait pour semer la culture démocratique et éveiller les consciences, à commencer par la mienne, est plus fort que toute différence dans l’appréciation de la démarche à suivre pour la liberté dans le monde entier.

Repose en paix mon ami.

Moussa Nait Amara

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
elvez Elbaz

Ils ont le "droit de vie et de mort" sur TOUT ALGERIEN!

avatar
Afalco Darris

Cet assassinat de Meziane est un acte ignoble comme tant d'autre avait commis le parrain T-Mediane. Certainement y'aura d'autre crimes tant qu'on est sous l'ingerence de "Anegerie. GOD speed freedom for Kabylia. THANMIRTH.