Ouyahia, n'est-il plus ce danger qui menaçait le RND ?

Ahmed Ouyahia, le retour.
Ahmed Ouyahia, le retour.

Après avoir démissionné de la tête du RND pour sauver le parti, assurer sa stabilité, voilà que ce "démissionnaire", Ahmed Ouyahia, revient pour, sans aucun doute, sauver et assurer la stabilité de ce même RND

C'est une histoire à dormir debout, ce RND. Des SG qui partent et reviennent au gré du désirs du prince. Le fait est unique dans les annales politiques. En vrai, l'histoire de ce parti est celle de la servitude. A travers lui, c'est toute l'image de la république qui devient pervertie et traînée dans la boue.

Chasser un secrétaire général, puisque'Ahmed Ouyahia avait démissionné après un vent de contestation, pour rappeler le même pestiféré à reprendre les rênes du parti, relève d'une aventure dangereuse qui s'affaire à plonger l'Algérie dans les ténèbres d'une faillite insoupçonnée. Cet homme, Ahmed Ouyahia donc, est un ministre d'Etat, directeur du cabinet du président de la république.

Le secrétaire général qu'il vient de remplacer, lui aussi, poussé à démissionner, est président du Sénat. Deuxième homme après Bouteflika, car appelé à assurer l'intérim de la plus haute fonction de la république, en cas de vacance du pouvoir. Pour autant, il obéit au doigt et à l'oeil du chef suprême et le clan.

Lorsque des responsables aussi hauts que ces deux hommes, Ouyahia et Bensalah, tantôt aimés, tantôt voués aux gémonies, se comportent en "poupées gonflables" bêtes et disciplinés, acceptent de se faire rabaisser de la sorte, s'est toute la nudité du système politique malsain qui est portée sur la scène publique.

Démissionner pour sauver la stabilité d'un quelconque groupe, c'est reconnaître sa responsabilité dans les faits reprochés. Et reconnaître sa responsabilité dans un si important marasme, devrait pousser l'auteur à sa remise en cause et se retirer, sur la pointe des pieds, et ce par respect à soi-même, à la chose politique et par honnêteté intellectuelle.

Sous d'autres cieux, des politiciens, dignes du nom, ont, non seulement démissionné, mais se sont carrément retirés de la scène, ou, à la limite, créé leurs propres partis.

On ne peut pas prétendre gérer les affaires de tout un pays pendant que sa personnalité est malmenée. Il y va de la crédibilité de la République, cette République que bien des penseurs ont mis énormément de temps pour nous la dessiner.

Achour Boufetta

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (6) | Réagir ?

avatar
Ahmed Umeri

Péstiféré, aventure dangereuse, ploger l'Algerie dans les ténébres, faillite insoupsonnée, autant de qualificatifs, pour désigner Mr Ouyahia, que vous a t'il fait Mr Bouceta? alors que pour d'autres personnalités, vous n'avez pas été aussi outré par leurs propos ou attitudes. s'acharner de cette maniére, sur un homme, n'apporte rien au débat, qui doit étre serein et objectif, surtout pour un journaliste, critiquer de maniére constructive oui, dénigrer ou insulter, non.

avatar
sarah sadim

Ouyahia porte parole de Toufik en quoi sera t il un danger pour un RND qui va etre détruit bientot.

Le RND doit disparaitre ou alors son pére illégitime le FLN disparaitra, là se situera la nouvelle guerre en ce début ramadan.

C'est quoi ce RND une grosse supercherie de clones tarés venant de nulle part et qui seront extradés vers nulle part.

Le FLN c'est un peu le vol de l'ancien FLN historique, mais à choisir pour Bouteflika et les pouvoirs voleurs, ca sera la longévité du FLN qui est stratégique pour cet imposteur pouvoir.

Donc faire le vide sanitaire dans les orbites présidentiellles et le premier sera mister T à la retraite forcée, il ne fait peur à personne et il a détruit le DRS.

Succession des supercheries dans cette alternance des régions, et là c'est clair, Bouteflika remettra à l'EST le pouvoir, suivez mon regard ca ne sera pas hamrouche (k o) mais Benflis.

Alors Mister T et aujourd'hui Ouyahia mettent le feu sur l'huile et désinformation de guéguerre en lancant à tout va que said bouteflika succédera à son frére, enfin la guerre au pouvoir, la derniére lettre de Gaid Salah est également un message à mister T.

visualisation: 2 / 5