Air Algérie Paris : le dormeur de l’Opéra

L'agence Air Algérie de la place de l'Opéra à Paris (France).
L'agence Air Algérie de la place de l'Opéra à Paris (France).

Hadj Rabia Abdenacer, représentant général d’Air Algérie à Paris, fait les choux gras des discussions de "pause-café" de son personnel.

Nommé en janvier dernier, il semble en proie à de probables problèmes de santé. Son incapacité à tenir la moindre réunion, sans s’endormir, a choqué cadres et représentants syndicaux qui se sont retrouvés en réunions paritaires face à un responsable dormeur. Difficile dans ces conditions d’assurer les conditions d’un sain climat social dans la représentation. D’ailleurs, depuis son installation, il n’a programmé aucune sortie sur les structures, escales et délégations, sous sa responsabilité. Ce responsable donne plus que l’impression d’avoir trouvé "une planque" en attendant une retraite en or.

Etrangement cette situation rappelle celle qui prévaut au plus niveau de l’Etat, au point que la question qui circule au sein du personnel parisien d’Air Algérie est de savoir si elle ne va pas finir par la gestion de la représentation de la compagnie Air Algérie à partir d’un établissement de santé. Mais le Val-de-Grâce a fermé ses portes…

Khaled Chentouf

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Amchoum Amghar

C'est juste la voie que semblent tracer pour le pays, Bouteflika et ses 40 voleurs. Lui, incapable de tenir un conseil des ministres qui, du coup, se tient quand les médecins du voleur en chef lui permettent un smig de mouvements mais toujours sans paroles (du Charlie Chaplisme en fait), ne peut que nommer un dormeur à air couscous de l'avenue d, Opéra, et prochainement un paraplégique comme premier ministre avec un sourd muet aveugle comme porte parole. Aux larmes citoyens.

avatar
Aksil ilunisen

L'air a la place de l'Opera, risque d'etre deconseillé pour les asthmatiques.

A chaque fois que je pense a Air Algerie, je fait allusion a un air pourri partout autoir de soit. Comme par un chef d'escale a Paris Charles de Gaulle, en un certain mois de ramadhan: Il avait une haleine qui provoque le vertige, ou celui des toilettes puantes dans les avions, lesquelles de surcoit on ne peut "snifer" qu'apres decollage..........