Ali Benflis : le temps de la prise en charge de l'amazighité est venu

Ali Benflis
Ali Benflis

A l’occasion de la célébration du Printemps amazighe, Ali Benflis nous a transmis la déclaration suivante.

En ce 20 avril, date marquante dans le processus de consolidation de l’identité nationale, toutes les Algériennes et tous les Algériens attachés à la cause de la démocratie et des libertés s’associent à nos concitoyennes et à nos concitoyens qui célèbrent aujourd’hui la consécration de l’amazighité comme un socle de l’unité nationale aux côtés de l’arabité et de l’Islam, religion de l’Etat.

La lutte politique pour la reconnaissance de l’amazighité comme une composante essentielle de l’identité nationale est partie intégrante et non séparable de la lutte pour la démocratie et les libertés. Elle n’est pas séparable non plus de la lutte visant à imposer la reconnaissance de la citoyenneté pleine et entière comme le premier des fondements du système politique national.

C’est grâce à cette lutte, à la détermination sans faille dont elle a été entourée et aux nombreux sacrifices consentis en son nom que l’amazighité a été érigée, ainsi qu’elle devait l’être, comme une dimension fondatrice de notre identité nationale et que la langue amazighe a été constitutionnalisée comme langue nationale de notre pays.

La cause de l’amazighité est une cause nationale à part entière. Elle a enregistré à son actif des acquis considérables. Le plus déterminant entre eux reste encore celui de sa reconnaissance comme langue nationale et officielle du pays. La réponse à cette attente légitime a été longuement et inutilement retardée. Le temps de sa prise en charge effective et de sa satisfaction est venu. Il apparaitra alors clairement à la Nation toute entière que la langue amazighe comme langue officielle fera sa force, lui assurera un surcroit de cohésion et participera de la consolidation de son unité.

Ali Benflis

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
haroun hamel

cet ancien procureur de l'époque de Boukharouba et chadli a pondu une loi anti démocratique en 2001 pour plaire à son maître boutef et empêcher les kabyles de manifester. Manque de pot, quelques années plus tard, il est victime de sa propre loi!

avatar
anwa wiggi

Azul fellawen,

Ce suppôt du pouvoir illégitime était premier ministre en Avril 2001.

Sans commentaire.