Ali Benflis : "Le rapport de l'Union européenne est accablant"

Ali Benflis salue le rapport de l'Union européenne sur la dernière mascarade électorale.
Ali Benflis salue le rapport de l'Union européenne sur la dernière mascarade électorale.

Déclaration de M. Ali Benflis au sujet du rapport de la mission d’observation de l’Union européenne sur les dernières "élections présidentielles."

La mission d’observation de l’Union européenne a finalisé un rapport accablant et affligeant au sujet de la dernière élection présidentielle. Ce rapport qui révèle toutes les instrumentalisations et toutes les manipulations frauduleuses dont a fait l’objet ce scrutin vient s’ajouter au constat établi par «The Electoral Integrity Project» et qui a valu à notre pays le classement à la peu honorable 103e place du point de vue de la transparence, de la régularité et de la sincérité des processus électoraux.

Le Livre Blanc sur la fraude que nous avons porté à la connaissance de l’opinion politique nationale le 30 septembre 2014 sans se voir opposer le moindre démenti, ni la moindre contestation de la part des autorités officielles, est ainsi conforté quant à son contenu, par des sources internationales neutres et crédibles.

Le rapport de la mission d’observation de l’Union européenne invitée par le Gouvernement algérien lui-même rejoint intégralement le Livre Blanc dans l’identification de tous les mécanismes mis en place et de tous les instruments auxquels a eu recours le régime politique en place à l’effet de dénaturer et de fausser le dernier scrutin présidentiel.

Qu’il s’agisse du contexte politique propice à la fraude qui a été crée, des remaniements institutionnels qui ont été opérés pour faciliter cette fraude, de l’instrumentalisation de ces mêmes institutions à l’effet de conduire et de couvrir toutes les opérations frauduleuses, de la mise au pas de l’administration ou de la soumission de tout le contentieux électoral au bon vouloir de l’appareil politico-administratif en place, le rapport de la mission d’observation l’Union européenne rejoint en tous points le Livre Blanc quant à l’établissement des faits, aux constats et aux conclusions s’agissant d’une véritable confiscation du dernier scrutin présidentiel par le régime politique en place, du détournement de tout ce processus de ses fins démocratiques et d’invalidation du choix du peuple souverain.

Le rapport de la mission d’observation l’Union Européenne et le Livre Blanc convergent sur le constat que la dernière échéance présidentielle a failli à remplir les conditions démocratique les plus élémentaires exigibles de tout scrutin honnête, régulier, sincère et transparent.

Le rapport de la mission d’observation de l’Union européenne et le Livre Blanc se rejoignent, enfin, sur la nécessité de l’instauration d’une autorité indépendante pour les élections comme voie obligée devant mener au démantèlement du véritable système de fraude électorale qui s’est implanté dans notre système politique et au respect des engagements internationaux et régionaux souscrits par notre pays au titre de la conduite de tous les processus électoraux sous le contrôle d’une institution nationale indépendante, impartiale et transparente. Cette revendication responsable et légitime est au demeurant celle de l’opposition nationale toute entière.

La légitimité de nos institutions qui était contestée et mise en doute à l’intérieur même de nos frontières l’est désormais à l’extérieur de ces mêmes frontières.

Le régime politique en place qui a cru pouvoir impunément reconduire à travers le dernier scrutin présidentiel une vacance du pouvoir dont la réalité se révèle jour après jour, qui a parié sur le fait qu’à l’intérieur comme à l’extérieur de notre pays, les résultats faussés des élections finiront par être acceptés et les conditions de leur obtention oubliées et qui a pensé qu’un détournement de la volonté populaire pouvait s’accomplir sans dommages, ce régime paye aujourd’hui le prix fort de ces faux calculs, de ses manquements et de ses errements intérieurement comme extérieurement.

C’est dire combien la légitimité de toutes les institutions est au cœur de la crise de régime à laquelle le pays est actuellement confronté. C’est dire aussi combien une relégitimation de toutes ces institutions est un impératif auquel devra se soumettre tout processus de règlement de cette crise de régime.

Ali Benflis

Plus d'articles de : Opinion

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Kacem Madani

Si le rapport de l'Union européenne est accablant envers les élections d’avril 2014, le regard du peuple algérien envers sa classe politique est fatigant, épuisant, exténuant, assommant, lassant, éreintant, crevant !

Au moment où la Tunisie de Bourguiba vient de subir une attaque terroriste sauvage, toujours au nom du sempiternel combat pour la cause d’Allah, il eut été bien plus propice pour nos politiques de dénoncer avec audace et fermeté l’alliance satanique de la politique et de la religion, l’unique mixture contre-nature qui empêche tous les pays musulmans de rattraper les avancées humaines du 21ème siècle ! Au lieu de cela, on fait mieux que le pouvoir, en s’adonnant à de petites accolades de bienveillance avec les islamistes de tous bords, ces ennemis déclarés de toute idée de demos cratos, non conforme à une certaine hégémonie mystique des plus rétrogrades !

Il sera peut-être président un jour notre Hadj national. Grand bien lui fasse ! Mais on ne nous fera jamais croire qu’il ne fait pas partie d’un plan « B » que les labos occultes du pouvoir concoctent pour éviter toute discontinuité fatale pour la petite famille révolutionnaire!

On a beau lire, relire sous tous les angles, chacun des discours de la classe politique, il ne se dégage aucun élément fondamental qui indique autre chose qu'un copié-collé intégral du bla-bla habituel des 50 années de FLiN-toxerie indigeste.

Qui mieux qu’un FLiN-tox peut remplacer un autre FLiN-tox pour perpétuer la petite famiglia, me diriez-vous ?

Ce qui vient de se passer en Tunisie est triste et abject. Ce qui l’est encore plus, c’est de faire semblant de se démarquer de la forme tout en soutenant le fond. C. à. d. ces appels explicites au djihad contenus dans le coran, et que personne n’ose remettre en question. Et à ce niveau, peuples, oppositions et gouvernants musulmans affichent un synchronisme béat ahurissant!

Madame, remitti svp !

avatar
klouzazna klouzazna

il est étonnant qu'on sétonne du bilan d'une mascarade à laquelle on a soi même participé !!!