Omar Benlaala invité de BRTV mardi soir

Omar Benlaala
Omar Benlaala

Mohand Kacioui reçoit sur le plateau de Berbère télévision dans son émission J-7 du mardi 24 févier 2015 Omar Benlaala auteur du livre "La Barbe".

"N’ayant jamais mis les pieds dans une mosquée, je ne savais pas ce que j’allais y trouver. Mais parfaitement ce que je fuyais."

Omar Benlaala retrace dans ce livre un itinéraire précurseur, le sien : comment, jeune Français d’origine algérienne, il est devenu, au milieu des années 1990, l’un des premiers "barbus". Il raconte les étapes successives de sa quête d’identité : décrochage scolaire, apprentissage accéléré de l’islam dans les mosquées de la région parisienne, voyages initiatiques à travers le monde, puis défonce sur les pistes de danse.

Au terme de ces expériences, il trouve finalement son équilibre dans une pratique spirituelle apaisée. Il y a dix ans, alors qu’un nombre croissant de jeunes font le choix de l’islamisme, Omar coupe sa barbe et redevient invisible. Commence alors pour lui une nouvelle quête, ne visant plus ni l’absolu ni la distinction, celle du calme intérieur. Le parcours singulier d’Omar aide à comprendre celui d’autres jeunes qui, aujourd’hui, se cherchent dans la religion.

C.P.

La couverture de l'ouvrage «La Barbe» de Omar Benlaala

La couverture de l'ouvrage

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Hend Uqaci Ivarwaqène

Je n’ai pas envie de reparler ici de Carlos Castaneda et de son expérience chez les chamanes qu’il a dû s’inventer. Mais ce n’était pas le premier chercheur à commettre un plagiat ou à s’inventer l’objet de sa recherche. Tout n’était donc que fou-thèses dans un monde où seules les hallucinations étaient vraies.

« Au terme de ces expériences, il trouve finalement son équilibre dans une pratique spirituelle apaisée. » Il se maria et eut beaucoup d’enfants : eût-il fallu rajouter pour que la romance prenne.

Il faut relire Freud : "Malaise dans la civilisation" et " l’avenir d’une illusion". «… Il s'agissait pour moi beaucoup moins des sources les plus profondes du sentiment religieux, que de ce que conçoit l'homme ordinaire quand il parle de sa religion et de ce système de doctrines et de promesses

prétendant, d'une part, éclairer toutes les énigmes de ce monde avec une plénitude

enviable, et l'assurer d'autre part qu'une Providence pleine de sollicitude veille sur sa

vie et, dans une existence future, s'appliquera à le dédommager des privations subies

ici-bas. »

Je vous passe le lien avec l’image du père protecteur de l’enfance et la quête de son remplacement dans une vie d’adulte ainsi que de toutes les illusions et les rêves disparus que seule une mythologie féérique sait remplacer.

Un ancien camarade de beuverie a subitement décidé d’arrêter de boire et nous a quitté pour aller dans l’autre camp. On n’avait pas compris sa conversion soudaine et quelque part sa trahison. D’autant plus que jusque-là on ne lui connaissait aucun cheminement spirituel ou intellectuel profond vers Dieu.

La vérité c’est qu’il n’avait plus les moyens de se payer ses encanaillements et que ses beuveries pesaient lourdement sur son budget familial. Comme il refusait d’admettre que c’est pour des raisons financières qu’il renonçait à ses plaisirs il se devait de se trouver un idéal plus valorisant pour expliquer son reniement. Mais comme ça ne prenait pas si facilement que ça, les rituels et la simple dévotion ne lui suffisaient pas, il lui fallait démolir toutes ses anciennes convictions, il se forgeât une idéologie qui le conduisit au bout de l’enfermement.

On ne peut pas dire que le lien à la religion va d’un moment de perdition vers une quête de soi. Pour cela il eut fallu suivre les voies épineuses de la raison qui sont souvent insupportables. On ne se cherche pas : on se perd pour ne pas se trouver comme on est face au miroir.

On mystifie on frelate on obscurcit la vision pour ne pas voir.

avatar
moh arwal

Je comprends parfaitement le temoinage de Benlaala La religion nait en nous aprés avoir epuiser les pistes exterieures c'est le retour à la source, le chemin inverse vers soit même la oou tout à commencer le profond silence interieur.

La paix en un mot