Malek Alloula tire aussi sa révérence

Malek Alloula
Malek Alloula

A dix jours ou ... onze, quand on aime on ne compte pas, on s'impatiente.

Malek Alloula, l’écrivain, le poète aux nombreuses récompenses pour ses écrits, vient de rejoindre son ex-compagne Assia Djebbar.
Décédé à Berlin mardi 17 février au soir, le poète algérien Malek Alloula sera inhumé à Oran, ville où il a grandi.

Il va rejoindre Assia, il va rejoindre aussi un autre monument, son frère Kader, assassiné, le 10 mars 1994 par des ignares.

Une amputation qu'il a étouffé dans le silence de la douleur.

Malek est loin d'être un inconnu, il a écrit une dizaine de volumes de poésies et de romans publiés en France et au Maghreb, dont plusieurs recueils.

-Villes et autres lieux - Rêveurs/Sépultures, -L’Exercice des sens, -Mesures du Vent, -L’accès au corps - Les Festins de l’exil)...Il est l’auteur de plusieurs recueils de poésies.
Sa discrétion, sa politesse, sa sagesse. Quand il parlait, il fallait s’armer de patience. On aurait dit qu’il voulait peser les mots au milligramme avant de vous les livrer.

Cette exigeance on la retrouve dans ses écrits, tout est ciselé a la perfection.

Là, pour une fois on dirait  qu'il a été impatient.

Bonne nuit Malek et repose ton cerveau en paix.

Said Ouidir

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (0) | Réagir ?