Je suis Boudiaf

Mohamed Boudiaf à son retour avec Sid Ahmed Ghozali devenu son chef de gouvernement.
Mohamed Boudiaf à son retour avec Sid Ahmed Ghozali devenu son chef de gouvernement.

Je suis Boudiaf. Je suis Ben Boulaid. Je suis Ben M’hidi. Je suis Didouche. Je suis Abane. Je suis Krim. Nous avons tous été lâchement assassinés, certains par le colonialisme, d’autres, comme moi, à la suite d’un "acte isolé".

Je suis Boudiaf et constate que l’Algérie vit une crise grave alors qu’elle dispose des moyens nécessaires pour la surmonter. Les événements d’Octobre 1988 ont constitué l’aboutissement du processus de rupture et aggravé le discrédit d’un pouvoir coupé du peuple.

La faiblesse de l’Etat, conjuguée au laxisme et aux jeux stériles de pouvoir, ont contribué à l’ouverture de la porte à la falsification de la démocratie pour s’emparer du pouvoir en vue de frapper à mort, et la démocratie et les libertés que la Constitution était pourtant censée sauvegarder.

Je suis Boudiaf et pour sortir de cette ornière, propose de :

- Convaincre de la nécessité d’un changement radical ;

- Faire face aux velléités d’ingérence étrangère ;

- Animer le peuple de civisme et de foi patriotique;
- S’attacher à l’identité algérienne composée des cultures berbère, africaine, musulmane et arabe ;

- Aspirer à la promotion d’une société solidaire, ouverte sur le progrès et la modernité ;

- Eduquer le peuple au respect de la chose publique, de l’Etat de droit et de la justice sociale.

Je suis Boudiaf et appelle à mobiliser en vue de la constitution d’un Rassemblement National autour de principes et d’objectifs clairement définis.

Le Rassemblement National ne sera pas le résultat de compromis opportunistes ou de marchandages politiciens. Il œuvrera à l’émergence des cadres politiques honnêtes, voués au redressement du pays.

Il travaillera à intégrer davantage les jeunes en les mobilisant pour la solution de leurs problèmes et en les encourageant à assumer pleinement les responsabilités qui leur reviennent dans l’édification nationale.

Je suis Boudiaf et j’imagine le Rassemblement National se constituer autour d’un projet national. Il appartiendra à ses hommes et femmes, à ses structures d’en préciser le contenu.

Je suis Boudiaf et milite pour que le projet national s’inscrive dans la logique du changement radical, longtemps attendu par notre peuple, à savoir :

- Rupture radicale avec les pratiques, les méthodes et les personnes qui sont à l’origine de la crise que vit le pays ;

- Rétablissement de la confiance du peuple en lui-même et en ses institutions.

Je suis Boudiaf et projette un Rassemblement National qui s’attellera à mettre en place une lutte acharnée contre la corruption, à travers :

- Un Etat qui soit non seulement fort, mais aussi juste et moral. Le peuple attend de ses administrations un changement de comportement, davantage de respect et aussi d’efficacité.

- Un Etat qui doit être doté d’une administration moderne fonctionnant selon des normes et des règles précises avec des mécanismes de contrôle efficace, afin de prendre correctement en charge la régulation de la vie économique et sociale.

- Réformer les administrations centrales et locales qui ont souffert depuis l’indépendance, de l’instabilité liée aux fluctuations et changements des gouvernements. Il convient de créer un Corps de Commis de l’Etat compétents, efficaces et intègres, capables d’assurer, en toutes circonstances, le service public.

- Une administration et des grands corps de l’Etat qui doivent être assainis et les cadres honnêtes, qui ont été marginalisés, réhabilités.

Je suis Boudiaf et sur le plan économique, le Rassemblement National lancera les principes de :

- Libérer les initiatives et l’esprit d’entreprise en éliminant les verrous bureaucratiques, les tracasseries administratives et les blocages de toutes natures.

- Moderniser le fonctionnement de l’économie par l’intégration du progrès technologique et l’amélioration de la formation des cadres et de la qualité du management.

- Redéfinir le rôle de l’Etat dont l’action doit porter sur la création des économies de base pour le développement économique : mobilisation hydraulique, infrastructure, formation, recherche, cadre juridique, contrôle.

- Créer les conditions pour une vraie relance de l’agriculture en œuvrant au règlement de la question foncière, en impulsant des actions de mise en valeur et de rénovation rurale, en développant les économies rurales de différentes zones (Nord, Hauts-Plateaux, steppe, Sud).

- Réorganiser les circuits de distribution et de commercialisation, réformer le système bancaire et financier dans le sens d’une plus grande efficacité et d’une plus grande transparence.

Je suis Boudiaf et déplore que notre Ecole, c’est-à-dire l’avenir de la Nation soit aussi compromis. A cet effet, je suggère de :

- Revoir les contenus pédagogiques et la méthode d’enseignement ;
- Améliorer la qualification du personnel enseignant par la formation ;
- Accorder les mêmes chances à tous les enfants à travers l’ensemble du territoire national; ce qui suppose une profonde réforme de la répartition des moyens et dans l’élévation du niveau des enseignants ;
- Soustraire définitivement les mosquées et les lieux d’éducation à toutes les formes d’activité partisanes et aux luttes idéologiques ;

- Ouvrir l’école et l’université sur la société et sur les sciences modernes.

Enfin, le Rassemblement National vise à créer un espace d’expression, de confrontation des idées et de participation. Il veut être un cadre de rencontre pour tous ceux qui croient aux potentialités du peuple algérien. Il veut devenir l’instrument, par le dialogue constructif, d’une mobilisation nationale autour d’un simple mot d’ordre : l’Algérie avant tout.

Nacer Boudiaf

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

FAUX... En 1962, le pays sortait d'une colonisation ravageuse de plus d'un siècle de formattage de cerveaux et d'effacement d'idenitié (avec la blague des ancètres les GAULOIS !!!), des institutions sabordées par les sortants, des millions d'illetrés, des dizianes de milliers de familles en détresse,

des caisses vides et trois capitales (une à tlemcen, une en kabylie et une à alger) qui se disputaient la légitimité !!!

avatar
Massinissa Umerri

"... Il veut être un cadre de rencontre pour tous ceux qui croient aux potentialités du peuple algérien. Il veut devenir l’instrument, par le dialogue constructif, d’une mobilisation nationale autour d’un simple mot d’ordre : l’Algérie avant tout... "

Je suis regulier sur LMDZ, vous venez doncme chercher - beau travail, vous m'avez trouce'. Je repondrai a l'envers, danstous les sens car je suis sur que l'avez composez de droite a gauche, a ce que je quote seulement.

1. La Kabylie avant tout.

2. Ma Nation, c'est la Nation Kabyle.

3. On ne peut dialoguer qu'en Kabyle.

4. L'instrument de l'homme moderne est sa conscience.

5. La Kabylie ne deviendra JAMAIS rien d'autre que ce qu'elle a toujours ete.

6. Le Peuple Algerien, est un mythe ou mieux une simlification administrative COLONIALE.

7. Les cadres sont tous accroche's.

Vive le RIF Independent !

visualisation: 2 / 6