Le film "Exodus" interdit au Maroc et en Egypte

Exodus subit les foudres de la censure en Egypte et au Maroc
Exodus subit les foudres de la censure en Egypte et au Maroc

L'Egypte a interdit la projection d'Exodus : Gods and Kings, a annoncé, vendredi 26 décembre, un porte-parole de la 20th Century Fox. Le studio, propriété du groupe Twenty-First Century Fox, a refusé d'indiquer les motifs de cette interdiction, mais ce n'est pas la première fois qu'un film représentant des figures bibliques est interdit en Egypte. Auparavant c'est au Maroc que ce film a été déprogrammé.

Exodus, Gods and Kings, réalisé par Ridley Scott, est une adaptation du Livre de l'Exode, deuxième livre de l'Ancien Testament, où est relatée la sortie des Juifs d'Egypte sous la conduite de Moïse.

Le film, d'un budget de près de 140 millions de dollars (115 millions d'euros), a déjà été l'objet d'un certain nombre de critiques. On lui reproche notamment la trop grande place faite aux acteurs blancs dans la distribution des rôles et un certain nombre d'anachronismes. Avant l'Egypte, le Maroc a lui aussi interdit la projection du film, qui a pour l'heure collecté 107 millions de dollars deux semaines après sa sortie.

En effet, Exodus : Gods and Kings, le péplum de Ridley Scott inspiré de l’histoire de Moïse, a été "déprogrammé" à la dernière minute des salles de cinéma du Maroc, ont rapporté, jeudi 25 décembre, plusieurs exploitants à la presse. Les exploitants qui avaient programmé le film ont reçu, mercredi, jour de la sortie d’Exodus, un ordre "oral" ou la visite de "délégations du Centre cinématographique marocain" (CCM), leur intimant de le retirer de l’affiche. La menace est à peine voilée, mais renseigne sur la disposition des pays dits musulmans à prendre du recul avec les questions religieuses.

La traversée de la Mer rouge source de la polémique

Sollicité par l’AFP, le directeur du CCM, Sarim Fassi-Fihri, n’a pas souhaité s’exprimer sur les raisons justifiant cette déprogrammation, expliquant qu’il s’agit d’une décision de la "mmission de contrôle" des films, qui a préféré «saisir le distributeur de sa décision plutôt que de communiquer" Dans un premier temps, Exodus : Gods and Kings avait reçu le "visa d’exploitation" du CCM, autorisant sa diffusion en salles.

Selon le site du quotidien Akhbar al-Yaoum, l’interdiction pourrait être liée à la polémique suscitée dans le monde arabe par le traitement que fait le film de la traversée de la Mer rouge par le peuple juif, qui remet en cause le "miracle de Moïse qui a séparé la mer en deux avec un bâton".

Quatorze ans après Gladiator, Rydley scott revisite avec ce peplum l’histoire de l’Ancien Testament et de Moïse. Mais le film commence à faire des vagues dans certains pays. Noé, produit par la Paramount, a lui aussi été interdit de projection dans beaucoup de pays en raison de la représentation d'un prophète, ce que l'islam interdit.

L.M. avec agences

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
khaled yaya

Je ne crois pas que la source de la polémique soit le miracle de moussa/moise/moshé, que la paix soit sur lui, (Coran, 26 : 63-68) mais plus l'intrerpretation du prophete par un acteur.

Je n'ai pas vu le film, il se pourrait que se soit autre chose qui soit motif de l'interdiction, n'oubliez pas que ce film est fait à hollywood donc les faits melanger aux fantasmes, propagandes sont la specialité de hollywood ex: le film biographique de Malcom X

(Ce n'est que ma théorie)

Merci de reagir à ce commentaire, sans agressivité

avatar
arezki arezki

On n'accepte pas les miracles de la bible mais on avale les couleuvres du coran Une araignée salvatrice a tissé une toile à l'entrée d'une grotte où Mahomet s'est refugié pour échapper à ses assassins

visualisation: 2 / 4