Menaces sur Kamel Daoud: de Hamadache1 à Hamadache2 !

Un autre Hamadache, commissaire du temps de Ben Bella-Boumediene, a torture bien des opposants algériens.
Un autre Hamadache, commissaire du temps de Ben Bella-Boumediene, a torture bien des opposants algériens.

L'Algérie est-elle condamnée à vivre de manière cyclique, à des décennies d'intervalle, des déclenchements répétitifs des forces du Mal ?

L'évocation du seul nom (*) de ce sous-traitant du terrorisme arabo-islamiste pour l'instauration du khalifa en Algérie, candidat à l'exécution de la sentence suprême sur un Algérien qui a le tort de réflechir et de s'exprimer avec intelligence, nous fait faire un retour contraint vers les jours noirs des débuts de l'Algérie indépendante.

Au nom du "socialisme révolutionnaire" de Ben Bella puis du "redressement révolutionnaire" de Houari Boumediène après le coup d’État du 19 juin 1965, un obscur commissaire de police et des "services" avait été chargé par les puissants du moment de la répression envers toutes les personnes accusées de ne pas être dans la ligne. Des dizaines, voire des centaines de militants de toutes les organisations clandestines (ORP, FFS, MDRA, …) avaient subi les pires tortures et humiliations de la part de Hamadache et de ses hommes. Des familles avaient été séquestrées, prises en otage et menacées, pour dénoncer les leurs. Aujourd'hui même, certains militants qui avaient séjourné dans les caves inhumaines du commissariat central ou de celles de Bab Jdid à Alger, continuent de vivoter en exil, malgré l'âge, certainement par dégoût de ne pas avoir à croiser dans les rues et les routes d'Algérie le fantôme de Hamadache1.

Voilà qu'en cette fin 2014 apparaît un autre exécutant, Hamadache2, au service d'un projet fascisant pour faire disparaître l'Algérie et le sous-continent nord-africain, son identité, sa culture et son histoire multimillénaire, dans un obscur khalifa au service des sultans de Doha, Riyad et autres détenteurs de "la grâce divine". Et pour arriver à leur fin, le nettoyage de l'intelligence pour un nivellement par la bas semble être leur méthode éprouvée.

L'islamisme a montré et démontré ses capacités de destruction. Ce qui se passe est loin d'être une gesticulation. De plus, les différentes manipulations des détenteurs du pouvoir actuel ne favorisent pas encore l'émergence d'un mouvement homogène capable, à la fois, de mettre en échec les prétentions intégristes et de disqualifier définitivement les squatteurs qui ont pris en otage le FLN depuis 1962.

Le ciment de l'Algérie algérienne, démocratique et sociale comme précisé à la Soummam, est plus que jamais l'alternative pour l'émergence de milliers, voire de millions de Kamel Daoud.

Aumer U Lamara

* Bien évidemment, il n'y a pas de responsabilité collective. Les personnes incriminées ici n'engagent ni leur(s) famille(s) respective(s), ni tout autre Algérien portant le même patronime.

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
karim haddad

merci pour cet article simple clair et net mr ulaamara!!!il est concis et permet de nous eclairer amplement!!!!contrairement a "certain" qui pondent des pages pour juste faire de la pharaseologue creuse" pour nous dire "je suis la.. moi aussi je pense"..... merci surtout a notre revelle mational kamel daoud et ses vrais courageux revoltes sinceres et engages que sont les ali dilem.. chawqi amari.. hammouche.. ou autres abdou!!!..

avatar
Massinissa Umerri

Je cite (votre conclusion) :

"... Le ciment de l'Algérie algérienne, démocratique et sociale comme précisé à la Soummam, est plus que jamais l'alternative pour l'émergence de milliers, voire de millions de Kamel Daoud. "

Franchement, c'est de la recuperation type. Les Daouds, ou ce qu'on appele en Anglais les "Foot Soldiers", ou les patogases, c. a. d. ce qui sont en 1ere ligne, ne sont bons qu'a ca: payer les frais et disparaitre, que la ligne "derriere" vienne conclure... recuperer !

Dites-vous cher monsieur, que les "Daouds" ne sont ni ni stupides, betes, imbeciles, ou pire "sans ombitions propres, les leurs. Les Daouds ne sont pas des cimenteries, ou journaliers pour se casser le dos, et disparaitre "de preference emporte's par la marre'e ou le courant de la riviere". Ce sont des architectes et ingenieurs qui remontent les manches et bossent intelligemment.

Relisez Mr Daoud, et vous y verrez, une vision et une perspective, parcourez ses chroniques et vous y decouvrirez de l'engenierie - Non, il ne se casse pas les bras pour fabriquer un "ciment sociale", ou si vous voulez "le SOCIALISME", ni la democratie - celle-ci n'est pas une formule. Il la pratique et vie cette democratie.

L'histoire de Mr Daoud n'est pas une question de mise sous denominateur-commun (social/socialiste) du tout. Cette facon-la de faire estexactement ce qui a produit aussi bien le hamadache-1 que le hamadache-2. Votre formule "de bien social" ou "common good", est une histoire vieillotte. Remettre sa volonte' d'individu a quelconque volonte' sociale, est le noyau du mal, que vous ne semblez percevoir comme tel (mal), que des lors que sa gestion vous echappe.

Croyez-moi, qu'il n'y a pas de difference entre le hamadache-1 et le hamadache-2, comme il n'y en a pas, entre Poutine, AlSaoud et Khomeini, ou meme la file des Mitterands, Sarkozy et Hollande. Aux yeux des Daouds, sa majeste' (la reine ou le roi/reine, Dely/Guru ou el brezidente'), il n'y a pas de difference, c'est la raison d'etat (quelque soit-il) et jamais la raison de de la raison - et la est le probleme.

Le merite de Mr. Daoud, avec qui je ne partage point de destination, est qu'il se refraint de proposer des destinations a ses pairs - Ils plonge et leur leur dit que c'est possible de nager, sans masque ni pedales, ou quelconque artifice qui les ligottent et dont ils finiront, a coup sur, prisonniers.

Je resume mon commentaire avec cette image d'actualite':

Entre Castro, le Pape et le Socialisme-Obama, qui converge vers la corde-au-coup, je prefere le passeur-d'hommes sur une barque sans moteur, qui fait des fugitifs Cubains des Hommes-requins.

Bref, Mr Daoud nes'adresse pas a la societe', mais a des individus. La societe' est une norme, les individus sont des faiseurs et destructeurs de normes et de societe's. Il en faut justement pour avancer. Il faut savoir faire et defaire, constemment et sans arret... l'essence-meme du developement, camarade !

visualisation: 2 / 7