Le Djurdjura à l’honneur… à la Maison de la culture Mouloud Mammeri

Lac Agulmim.
Lac Agulmim.

Peut-on imaginer Alger sans la mer vers laquelle elle est tournée ? Peut-on imaginer la Kabylie sans le Djurdjura ? Peut-on imaginer la chanson kabyle sans Nouara qui a chanté jerjer iceq igeni s uvarnus is d amellal…. Non on ne peut pas !

Peut-on imaginer Alger sans la mer vers laquelle elle est tournée ? Peut-on imaginer la Kabylie sans le Djurdjura ? Peut-on imaginer la chanson kabyle sans Nouara qui a chanté jerCjer iceq igeni s uvarnus is d amellal…. Non on ne peut pas !

Ce n’est pas pour rien que de grands chanteurs kabyles ont glorifié notre montagne. Elle a été leur muse. C’est une véritable source d’inspiration : poètes, écrivains l’ont glorifiée ; sa beauté a inspiré jusques y compris les artistes-peintres à l’image de Rachid Tighilt pour ne citer que lui…

Cherif Khedam disait d’elle, lui aussi :

"Ghef yismim a Djerdjera

3adagh s nefkha

Yerna adzdigh lqad

Yerna ad zdigh lqad..."

Et puis de citer tous les bienfaits de celle-ci en poursuivant :

"Abehri dina yezga[1]

Lebrud d nesma

May helk umudin yekkr ed

May helk umudin yekkr ed

Lehcic inem degs ddwa

Aman d lfakya

A tucbiht ger idurar…»

Ou Idir dans son dernier album de dire :

"Hamlaghk ay adrar inu"

Et Lounis Ait Menguelet :

"Ma nsebah f idurar im a tamurt iw…

Tsaknaghd tazmart nsen"

Matoub Lounès et son :

"A l3amriw

D’idurar id l3amriw"

Et tant d’autres, de Ferhat Imazighen Imula, à la grande Noura, qui nous a quittée récemment et qui disait :

"Idurar negh a3layen

Tzedghiten alharma

Adjand irgazen ghlayen

Yes3an lqima…"

C’est cette barrière imposante qui se dresse devant le regard émerveillé du visiteur qui arrive dans la région, qui nous donne la force et l’espoir qui nous retiennent ou qui nous appellent quand on est parti ailleurs.

D’Est à l’Ouest, le Djurdjura offre au visiteur des sites remarquables dont la beauté est à promouvoir, à vulgariser, et autant de haltes pour le plaisir des yeux et le repos du voyageur, depuis l’Azru n’thor jusqu’à Tala Guilef avec son lac Agoulmim, en passant d’abord par le Col de Tirourda et la forêt qui domine les Ath Wa3van, jusqu’àTizi N'kouilal, la Main des Juifs, Aswel avec son plus profond gouffre de toute l’Afrique et enfin Tikjda.

Une montagne avec autant d’opportunités touristiques est à découvrir mais aussi à préserver, quand on sait la beauté de tous ces endroits cités plus haut et les qualités nombreuses qui sont les siennes, à commencer par la pureté de son air, ses plantes aux vertus thérapeutiques inestimables, l’eau fraiche de ses sources et de ses fontaines, son calme propice à la détente, sa faune et sa flore.

À l'occasion du 11 décembre, décrété "Journée mondiale de la montagne" par l’Organisation des Nations Unis en 2003, et dans le cadre de la promotion du tourisme de montagne et de la réhabilitation de celle-ci en mettant en exergue sa valeur et son importance dans notre environnement, une exposition de photos intitulée "Les plus beaux sites de la montagne du Djurdjura", a été organisée du 11 au 13 décembre à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, à Tizi Ouzou, à l’initiative de son auteur, Mourad Ben Youcef, enseignant de dessin et artiste peintre de son état.

En effet, une soixantaine de photographies commentées, une trentaine de cadres représentant des villages situés à proximité, tels Tirourda, At wa3ban, At Argane, ainsi que des villages situés dans la commune de Aïn El Hammam et des Ath Vu Youcef sur fond du Djurdjura.

Mais on ne saurait passer sous silence cette tradition qui veut qu’en été l’"Assensi bw Azrou Nthor" soit organisé par trois villages des Ath Illilten au mois d’aout. C’est une fête ancestrale où de nombreux visiteurs de toute la Kabylie viennent partager un bon couscous, véritable pèlerinage qui nous fait oublier ces histoires de banditisme, de faux barrages et de terrorisme qui ternit l’image d’une région choyée par les touristes étrangers dans les années 1970 et au début des années 80.

Une réussite, l’exposition a drainé un grand public. Merci Mourad pour cet hommage que tu rends à ta façon à notre montagne.

Nacer Achour (écrivain)


[1]

"La brise fraîche y est en permanence

Fraîcheur et air pur conjoints

Le malade se relève de sa souffrance

Et tes herbes sont autant de soins

Et avec ton eau et tes fruits

Tu es la plus belle des montagnes."

Plus d'articles de : La Lettre de Kabylie

Commentaires (1) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

Cette montagne symbole de nos fiertés et lieu de refuge de nos gloires nous ramènent à nos origines... de valeureux montagnards...