Université Abderahmane-Mira de Bejaïa : un désert culturel !

L'Université A.Mira de Bejaïa.
L'Université A.Mira de Bejaïa.

Communiqué du Collectif Culturel Création et Progrès de l'Université A.Mira de Bejaïa.

Un désert sans vie ! Tel est le paysage culturel dans notre université. La culture, au même titre que l’enseignement supérieur, est victime de l’application de la réforme LMD. Une réforme, en substance néolibérale, qui réduit les budgets alloués aux universités jugées improductives par l’état, ce qui impacte d’une manière directe la prise en charge des activités culturelles universitaires laissant ainsi les associations actives livrées à elles même. Par ailleurs, et selon le bilan donné par le recteur actuel suite à son installation, moins de 10% du budget alloué par l’enseignement supérieur aux activités culturelles, scientifiques et sportives a été bénéficiaire aux associations culturelles, ce qui suffit à peine à couvrir leurs besoins en fournitures de bureau. Rappelons que ce bilan n’a pas été remis à jour depuis et que les promesses de transparence n’ont pas été tenues. D’autre part, 46000 étudiants que compte notre université avec ses deux campus, ne bénéficient que d’un seul centre culturel au niveau du campus de Targa Ouzemour. Un centre culturel dégradé et non équipé pour les besoins des associations culturelles et artistiques. Face à cet amer constat, notre collectif ne cesse de résister avec ses diverses activités régulières subissant les pratiques bureaucratiques de l’administration.

Le Collectif Culturel Création et Progrès (CCCP) croit avec ferveur que la culture est indissociable du savoir que l’université est censée vulgariser et transmettre à la société, et affiche sa résistance face à la machine néolibérale qui vise à réduire les humains à d’efficaces machines d’apparence humaine servant à produire et à consommer. Dans ce combat pour une culture parallèle, c’est-à-dire une culture en rupture idéologique avec la culture officielle, une culture à fonction sociale et politique, par et pour les étudiants, CCCP défend la mise en circulation des instruments et des œuvres de l’esprit, premiers matériaux de la construction d’un humain pensant à même de comprendre le monde et d’agir sur la réalité, et revendique l’art et la culture comme outils.

Limitation d’accès au CCU, intimidations et pratiques répressives des agents de sécurité dignes d’une police de mœurs à l’université, problèmes rencontrés lors des demandes d’impression, etc. Face à ces réactions bureaucratiques, et dans le contexte du mouvement de grève estudiantin auquel on rappelle notre approbation et notre soutien, l’association a répliqué par l’occupation nocturne du bloc des bureaux depuis le 07/12/2014 et revendique :

- Accès aux bureaux des associations culturelles pour tous les étudiants 24h/24, 7jrs/7.
- Accès sans limitation aucune au centre d’impression pour le travail de communication des activités.
- Rendre publique la gestion du budget réservé à la culture.
- Equiper la salle du centre culturel universitaire d’une régie.
- Equiper le campus d’Aboudaou d’une infrastructure réservée aux activités culturelles.

La Culture Pour Tous

Pour le Collectif Culturel Création et Progrès de l'Université A.Mira de Bejaïa.

Bejaia, le 16/12/2014

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (0) | Réagir ?