La chute du cours du pétrole et les inquiétudes du FMI sur l’économie algérienne

Le ministère des finances algérien.
Le ministère des finances algérien.

Le brent est coté le 12 décembre à 62 dollars le baril et à le WIT à 55 dollars et paradoxalement avec une stabilisation euro/dollar à 1,246 dollars un euro, et déjà la grande compagnie américaine Haliburton annonce la suppression de 1000 emplois suivie par d’autres compagnies. La chute des prix du pétrole va conduire dans les années à venir à de profondes restructurations au niveau pétrolier et gazier.

Le rapport du FMI en date du 12 décembre 2014 attire l’attention du gouvernement algérien sur ces tendances. Environ 97% des recettes d’exportation provenant des hydrocarbures, et important 70% des besoins des ménages et des entreprises publiques et privées, facteur essentiel de l’origine des réserves de change, des subventions et des plans d’investissements, cet état de fait pose l’urgence pour le ministère de l’Energie algérien et Sonatrach de revoir profondément son management stratégique, de donner une nouvelle impulsion au Conseil national de l’Energie , comme facteur d’adaptation.

1.- Fondé en 1919, à Dallas aux USA, la compagnie Haliburton a eu un chiffre d’affaires dépassant 8 milliards de dollars pour le second trimestre 2014 contre 7,3 au premier trimestre 2014. Elle a un effectif de plus de 80.000 personnes avec une présence dans plus de 80 pays et des centaines de filiales, elle est le second fournisseur de services à l’industrie pétrolière et gazière dans le monde. LE plan de licenciement annoncé par la compagnie Haliburton de 1000 emplois pour l’instant devrait donc toucher en priorité la Russie, l’Afrique et à un moindre degré l’Europe. Ces difficultés ne sont pas propres à cette société.

2.- Par exemple les deux majors Total et Shell, qui totalisent environ la moitié de la production gabonaise, estimée à 230.000 barils par jour, ont vu leurs activités fortement perturbées et menacent de licencier. Cela pose d’ailleurs pour l’Algérie une question d’attractivité, la taxe sur les superprofits risquant de faire fuir les investisseurs étrangers. Au moment où la Sonatrach annonce un plan d’investissement de 100 milliards de dollars, sans analyser sa rentabilité future face à un marché mondial incertain et turbulent, les canalisations et les GLN travaillant actuellement en dessous de leur capacité (50/60%), nous avons les premières incidences de la chute du cours des hydrocarbures au niveau mondial. Le groupe britannique BP a annoncé une réduction entre un et deux milliards de dollars en 2015 avec la suppression de centaines d’emplois. L’américain ConocoPhillips annonce une réduction de ses investissements de 20 %, à 13,5 milliards de dollars en 2015. Statoil annonce le report de 30 des 100 projets potentiels, parmi les plus coûteux, et Royal Dutch Shell qu’elle pourrait fermer son champ de Draugen en mer du Nord, dix ans plus tôt que prévu.

3.- Il est prévoir comme cela s’est passé pour le secteur financier au lendemain de la crise de 2008 à une profonde restructuration des grandes compagnies pétrolières et gazières qui, avec les économies d’échelle, pourront être rentables, ce qui explique que des compagnies comme Haliburton ne changent pas profondément de stratégie pouvant résister à des cours plancher de 60/70 dollars, les compagnies marginales étant absorbées ou évincées du marché. Et ce en attendant le prix d’équilibre qui sera fonction essentiellement d’une entente entre l’Arabie saoudite et les USA du fait que selon les experts internationaux , le seuil de rentabilité fluctue entre 75/80 dollars, sachant qu’il est souhaitable à terme un prix d’équilibre entre 80/90 dollars. Les nouvelles technologies pourront faire baisser les coûts, d’où l’importance stratégique de l’économie de la connaissance qui couplée avec la bonne gouvernance sont les leviers de tout processus de développement fiable. Mais pour l’instant, il faut un prix de 78/80 dollars pour les sables bitumineux du Canada so, de 75/76 dollars pour le pétrole non conventionnel américain, de 73/75 dollars pour l’offshore très profond au Brésil et de 70 dollars pour certains projets mexicains. Entre temps des pays mono-exportateurs ayant une forte population (les pays du Golfe peuvent tenir à 50 dollars le baril), de faibles capacités et une dépense publique importante souvent mal gérée comme le Venezuela ( déjà en semi-faillite), l’Iran, l’Algérie et la Russie dont le budget dépasse les 100/120 dollars, risquent des tensions budgétaires et des tensions sociales si cela dure plus de trois années pour des raisons de géostratégie.

4.- Quelle est l’attitude du gouvernement algérien face à ces tendances lourdes qui s’annoncent et qui seront de longue durée ? Le rapport du FMI en date du 12 décembre tout en soulignant que le cadre macro-macro-économique est relativement positif met en garde le gouvernement algérien qu’il est éphémère sans de profondes réformes structurelles. Pour le FMI, les menaces qui pèsent sur la stabilité macroéconomique s’accentuent en Algérie où les déficits devraient se creuser à plus de 7%, avec un accroissement du chômage voilé par des emplois administratifs non créateurs de valeur ajoutée et le taux de croissance annoncé de 4% l’est en grande partie dû à la dépense publique dont le montant n’est pas proportionnel aux impacts avec des surcoûts exorbitants. La chute des cours du pétrole est défavorable aux exportations, tandis que les importations, stimulées par les dépenses publiques continuent d’augmenter. Pour la première fois en près de 15 ans, note le FMI, «le compte des transactions courantes devrait se solder par un déficit», et à moyen terme, les déficits en Algérie devraient se creuser car les «exportations ne sont pas suffisamment diversifiées, l’IDE est freiné par les restrictions sur l’actionnariat», les subventions et les transferts sociaux plus de 26% du PIB (compressant artificiellement le taux d’inflation), encouragent la forte consommation intérieure d’hydrocarbures.»

Dr Abderrahmane Mebtoul, Professeur des Universités et Expert International

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
ali chemlal

La chute du pétrole et après, selon vous qui va trinquer? ce n'est surement pas nos dirigeants, civils ou militaires qui vont être touché, ou subir quoi que ce soit, les comptes bancaires, sont bourrés de devises (Euros, Dollars, francs suisse, livres sterling) il n' y a pas que Saidani, mais des centaines d'autres, lesquels, le moment venu, vont plier bagages avec leurs familles, et adieu l’Algérie (poule aux œufs d'or). Il restera a ce pauvre peuple "ignare" que les yeux pour pleurer et se déchirer.

avatar
Aksil ilunisen

Depuis son independance, l'Algerie n'a jamais eté un pays producteur, mais un simple exportateurs des hydrocarbures.... vivant a ses depends comme un papillon parasite le ferait dans une ruche d'abeilles. Un pays fait par des imbeciles et des mediocres a sa tete, un peuple complice et qusi-silencieux., Que des miseres sur miseres s'en suivaient comme si une malediction a eté jetée contre notre sort ds la ruée de l'Armée des frontieres sur Alger, en ce beau matin du 4 Aout 1962. Le peuple sondait: 7 Snin Barakat!

___________________________________________

N'est-il pas temps de sonder: 52 Sna Barakat?

avatar

@Aksil Ilunisien : Du principe de la cause à effet, ce qui m'a poussé à rédiger ces quelques lignes c'est juste le mot Peuple. Généralement quand on en parle on se met en position de recul pour exprimer son avis comme si nous ne faisions pas partie de ce Peuple. Malheureusement si. Et il se trouve un élément qui exprime notre opinion sur ce Peuple c'est le transfert de nos ressentiments.

Si je trouve que le Peuple a peur, c'est que vu par une autre personne je suis peureux. Et ainsi de suite. Bien sûr il y a des différences de caractères mais celles d'une société expriment bien le proverbe de qui s'assemblent se ressemble. Donc, dans notre situation, tout le monde a peur et c'est une peur légitime liée à tout ce qui est à venir. Cet avenir qui inquiète notre subconscient est logique. Même dans un cas de figure somme toute normale - un match de foot - nous éprouvons des inquiétudes, de perdre. Finalement le seul lien qui a uni. plus d'un peuple et qui pourrait nous

unir ne peut provenir que de la religion : l'Islam, l'authentique. Ça exige quand même une explication : l'Islam comme révélé en son temps favorise d'une façon harmonieuse la vie de société. C'est une "constitution" divine, il n'y a rien à dire. L'Islam d'aujourd'hui c'est après moi le déluge.

Des règles qui font que l'homme peut mener une vie aisée selon les recommandations divines, ont été converties par des interprétations égoïstes jusqu'à faire douter certains que Dieu "n'est pas inattentif à ce que font les injustes" Mes salutations

avatar
Aksil ilunisen

Tres subjectif. Aucun rapport!

Je tiens a vous rappeler que cette terre a toujours eté une terre des revoltes et des guerres o combien furent historiques, et toutes bien avant l'avenement de ce cheval de Troie depassé auquel vous faites reference 14 siecles plus-tard.

L'Islam a prouvé ses limites. Et pour survir, il est temps pour vous d'accepter un autre mode de pensée. Helas, des gens comme vous ne peuvent pas sortir de leur boite "fixiste" (les religions, en general, ces Constitutions divines, pour reprendre votre expression).... ils y resteront jusqu'a leur disparition par la force des temps et des civilisations futuristes.

A bon entendeur.

PS:Dieu ne s'amuse pas a envoyer des versions de sa "Consitution semitique". Dieu est universel, et pour lui la terre est ronde et tourne autour du soleil..... Dieu n'est ni juif, ni arabe, mais "parle" et comprend toutes les langues de ses enfants.