L’Algérie menacée par une crise alimentaire

L'explosion de la facture alimentaire est intenable à terme.
L'explosion de la facture alimentaire est intenable à terme.

Ces lignes, comme bon nombre d’alertes émises auparavant, sont destinées à nous interpeller sur une crise alimentaire qui menace l'Algérie. Elle est sans précédent dans l'histoire.

Oui, nous sommes déjà confrontés à un problème de survie. A la lumière d’un petit calcul d’épicier, une certaine lucidité dans la prospective nous met directement dans le giron de l’aide humanitaire internationale.

Ce sont nos attaches au virtuel du quotidien qui nous font croire que le chaos est loin devant nous, mais en fait nous le vivons depuis un certain temps déjà.

Les révoltes, immolations, harraga…, sont autant d’alertes à la ruine du pays qui éclaboussent quotidiennement la bulle dans laquelle nous tentons de nous protéger, sans pour autant arriver à la faire éclater. Le vide de notre soumission et l’absence sociale, ont fini par les assimiler en faits divers et sans plus.

Nous pouvons considérer que nous avons adopté l’économie rentière comme mode de gestion depuis que le baril a dépassé les 20 dollars, c'est-à-dire au milieu des années 1970. Il est connu aussi qu’entre 1999 et aujourd'hui, 80% des recettes des hydrocarbures du pays depuis 1962 ont fini par nous piéger dans le système rentier. Mais nous savons que la production d’hydrocarbures est entré dans un déclin naturel depuis 2008, et que toutes les gesticulations des hommes du pouvoir ne pourront pas la redresser de façon sensible.

Nous savons que ce déclin suit une courbe régressive en valeur et en volume qui va rencontrer celle de notre consommation engagée dans une croissance frénétique et incontrôlable. En absence de tout dialogue autour d’une réflexion d’une Algérie républicaine, la jonction des deux courbes est imminente. L’orientation de la nouvelle loi des finances est là pour le confirmer. De façon unanime, les analystes crient au tsunami et à la glaciation pour qualifier l’inévitable misère qui s’abattra d’une façon effroyable sur le pays. Cependant sans tissus productifs, il apparaît clairement que la souveraineté et l’intégrité nationale sont plus que jamais menacées par la confrontation à la survie de la population.

Insidieusement le pouvoir s’est arrangé pour qu’il ne doive absolument plus rien au travail et au génie de la population, il a réduit l’économie du pays à un simple troc et toutes les compétences se retrouvent marginalisées avec une fuite de cerveaux hémorragique inégalée. Nous savons que notre consommation n’est pas le reflet du fruit de notre labeur, mais celle de la valeur des recettes de pétrole.

Au jour aujourd'hui, qui d’entre nous ne serait pas désarçonné par la naïve question : que produit votre pays ?

Comment en sommes-nous arrivé là ?

Jusqu'à la fin des années 1960, l’Algérie était le premier exportateur des produits de la terre de la rive sud méditerranéenne (niveau qui aurait été atteint par le Maroc en 2000 !). Depuis l’adoption de l’économie de rente, les importations alimentaires sont passées successivement de 1, 2, 2,7 à 8,9 milliards de dollars correspondant aux années 1970-80-2003-2008, pour atteindre 9 milliards de dollars en 2011. Cette année 2014, nous dépasserions les 10 milliards de dollars. Nous remarquons que dans l’évolution exponentielle des chiffres, prise dans la frénésie générale, la facture alimentaire s’est multipliée par trois en cinq ans en corrélation étroite avec les recettes de Sonatrach. Juste pour les quatre premiers mois de l’année en cours (2014) les blés (tendre et dur) à eux seul ont coûté près d’un milliards de $ soit l’ensemble de la facture alimentaire de 1970. Les chiffres nous montrent aussi que depuis 1970 la facture alimentaire s’est multipliée par 10 alors que la population ne s’est multipliée que par à peine 3 !

Aujourd'hui, il faut remarquer que les céréales à elles seules représentent le double de la facture alimentaire de 1999 !

Lobby de l'import-import

Les importations tous azimut ont augmenté les six premiers mois de 2013 de 18% !!! Nous n’achetons pas que des produits de première nécessité représentés par sept produits qui englobent entre 78%-85% de la facture alimentaire, chasse-gardée de quelques proches du pouvoir. Nos importations touchent tous les domaines et même des produits largement disponibles dans le pays. Si dans ces cas l’importation ne répond pas à un besoin, elle révèle par contre l’existence et la puissance d’un lobby du circuit de l’importation alimenté par la rente. Il a exercé sa mainmise sur les transferts de capitaux vers l’étranger. Il en a résulté l’édification de tout un dispositif machiavélique érigé en un véritable mécanisme d’extorsion des richesses du pays.

Aucun discours politique ne pourra affronter le langage acerbe de ces chiffres sans reconnaître (comme dans notre cas), les effets d’un cocktail, d’incompétence,de malhonnêteté…, en action.

La lecture des données nous montre à quel point nous nous sommes faits piégés dans le gouffre de la dépendance alimentaire, mais aussi l'inquiétante vitesse sans cesse croissante avec laquelle nous y sommes parvenus. Actuellement, les produits agricoles représentent plus de 30% du total des importations du pays, avec un soutien financier irréfléchi et démesuré nous assurons à peine 50% de nos besoins.

Souveraineté nationale

En 1962, l’agriculture était le fer de lance de l’économie algérienne, c’est le secteur qui a été le plus pénalisé, il s’est complètement résorbé sans être remplacé. Réanimer le secteur agricole ne se présente pas comme une alternative, mais l’unique façon de retrouver sa souveraineté nationale. Dans une situation de conflits (la crise en Ukraine), l’arme alimentaire par des sanctions imposées aurait un effet dévastateur sur le pays, notre armée ne pourra le repousser. Pour se remettre à apprendre à semer du blé il faut du temps et des efforts illimités.Le domaine agricole comme les autres domaines a subit une érosion du capital humain et une perte d’une bonne partie du savoir-faire. L’agriculture appartient à des systèmes biologiques régis par des lois et qui s’insèrent dans une continuité et non pas dans une rupture avec le passé, ce que tous les peuples ont compris, sauf nos technocrates. La production nationale existante est totalement tributaire de l’importation, à commencer par la semence. Dans la même logique de développement nous nous sommes limités au copié-collé, confondant distribution de rente et politique de développement.

Toutes les intentions de réanimer ce secteur se font dans un semblant de développement, la corruption incontrôlée a fini par s’y incruster au point d’en assurer la dynamique ! Il est fréquent de voir les mêmes animaux, matériel, équipements,… subventionnés facturés et surfacturés parfois 10 fois de suite !!

L’exemple de l’importation de races étrangères pour booster la production a laissé en liberté des animaux dans la nature sans aucun contrôle ne fait que menacer le patrimoine génétique de nos races locales adaptées aux conditions régionales fruits d’une sélection séculaire. Dans une infinité d’exemples tout aussi affligeants les uns que les autres, il serait utile de noter qu’il y a même eu des programmes pour de la production piscicole en zone désertique. Le Tilapia poisson des bords du Nil, importé Égypte, s’est vu projeté sur des territoires à hiver gélif sans tenir compte des conditions du milieu (sur les bords du Nil il ne gèle pas), sans être un spécialiste il est facile d’imaginer les résultats catastrophiques obtenus. Ainsi dans le pays du mouton, on se met à faire du poisson en guise de développement.

Le cas du mouton est édifiant. Fleuron de nos produits du terroir, il a été victime en 1973 de la troisième phase de la révolution agraire. En voulant augmenter la production les dirigeants avaient décidé d’introduire l’orge en tant qu’aliment énergétique (ce qui explique la présence d’un bout de graisse que l’on appelle côtelettes dans nos assiettes). La relation trophique animal- végétal (steppe) dans un équilibre naturel n’a pas été considérée. Quelque temps plus tard (1976) un rapport de la Banque Mondiale faisait remarquer que les responsables subventionnaient la destruction de la steppe à coût de milliards de $. Résultat : nos parcours de 20 millions d’hectares ne peuvent nourrir qu’un million de têtes sur une vingtaine de millions. Le reste, quasiment la totalité est à la charge de la rente pétrolière.

Il est utile de remarquer que ce rapport aurait pu extrapoler le cas de la steppe à l’Algérie toute entière.

De toute façon, les échecs récurrents sont exprimés dans la facture alimentaire et par la menace lancinante qu’elle exerce. C’est le produit du travail acharné de technocrates qui bricolent du fond de leurs bureaux des projets à échelle réelle pour un pays dont ils n’ont qu’une vision approximative. Croyant fermement à l’application de projets importés clés en main comme si l’agriculture pouvait se pratiquer en dehors de la nature, c’est comme s’il n’y avait aucune différence entre In Salah et Blida.

A l’unanimité, les observateurs prévoient que la jonction des courbes d’exportation et de consommation va avoir lieu avant 2018, ce sera le point Zéro Exportation, ou la fin du sursis. Chaque jour les recettes pétrolières diminuent, grevées par les effets cumulés d’une consommation galopante (12.5% par an), un volume de production en chute (9% par an), auxquels vient s’ajouter une baisse (15% ces derniers mois) des prix.

Nous sommes le seul pays du Maghreb à ne pas avoir assuré sa sécurité alimentaire depuis l'indépendance. Il est difficile d’admettre que toutes les décisions des politiques ont fait intensifier la menace sur la survie de la population par le financement de notre dépendance alimentaire. Même si nous faisons immédiatement un virage à 180°, nous n’aurons jamais le temps de repousser la catastrophe alimentaire d’ici 2018.

A moins d’exercer des mesures restrictives et une politique d'austérité draconienne par un puissant contrat social que seul un gouvernement légitime aura le courage d'appliquer. A défaut l'impasse politicoéconomique dans laquelle nous sommes provoquera l’inévitablement une déflagration que l’on attend silencieusement les yeux fermés.

D'ailleurs c'est l'unique promesse fiable inscrite sous ce 4e mandat.

Sofiane Benadjila

Ingénieur agronome, militant de la LADDH

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (10) | Réagir ?

avatar
Massinissa Umerri

Cherche pas la bete... relis-toi seulement.

"... les chiffres trops savants et les statistiques falsifiées... " - Desole mon pote, il est impossible de falsifier une statistique. Quand on aboutit ou enonce des faux calculs, on ne fait que se tromper soi-meme - Quand on s'en sert pour derouter les autres, il s'agit meme pas d'incompetance mais de manque de respect, negligeance et mepris. Bref ca revient a tromper les autres mais pas la statistique.

Quand quelqu'un te trompe/ment ou te maltraite ouvertement - Prettendre a son erreur est la maniere la plus certaine qu'il/elle le repete. Une invitation.

Donc vautmieux totque tard, il faut tenir ferme, les yeux ouverts et en face CONFRONTER - pour la raison que, le bully, soit te reconnais un merit, ou arrive a la conclusion qu'il va falloir suer. A coup sur, il te laissera tranquile, mais probablement essaiera de te manipuler.

D'ailleurs, meme cette histoire de 4eme mandat - la logique dit qu'a moins d'un intervention hors-norme (tu vois ce que je veux dire- Mr. T), le 4eme mandat sera EXPRESS !

IL EN SERA DE MEME POUR LE FRERO ET BIENTOT ET DE MEME POUR LES KABYLES, JUSQU'AU JOUR OU CA DEVIENNE DANGEREUX DE S'AVENTUER EN KABYLIE. POUR QUE CELA SOIT VRAI, IL FAUT ATTENDRE LE JOUR OU UNE GENDARMETTE CREVE AU MILIEU D'UN MARCHE', ET PERSONNE N'AURA VU OU ENTTENDU - CA C'EST POUR CEUX QUI NE PEUVENT REMETTRE EN CAUSE LES INTERETS D'UN OGRE QUELCONQUE. VOILA UNE STATISTIQUE VERIFIE'E ET VERIFIABLE.

avatar
Massinissa Umerri

Ce que vous ecrivez est une partie de l'equation. Les causes et les consequences, sont une equation matricielle au nombre de variables vraiment inconnu -pour le moins qu'on puisse dire, il est variable, c. a. d. dynamique, car a peine les consequences de la 1ere variable commencent a apparaitre que d'autres variables les accompagnes.

Je suis sur mais PAS certain, que dans votre cycle d'Ingeniorat, on vous appris a livre' un peu de recherche operationnelle, et avec la resolution de systemes d'equations lineaires - A moins que les specialistes en la matiere ont tous ete' egorge's. La zira3ia de vourourou a tout saccage'. En ces temps modernes, la facon dont les famines sont gere's, c. a. d. CRE'ES et maintenues, est a travers les OMG ou GMOs pour les anglophones.

Par example en Inde, il y a eu plus de 700 MILLE (700 000) SUICIDES d'agriculteurs en quelques 20 ans - pour cause d'INFERTILITE' de leurs semances - controlle'es par des multi-nationales - C'est une tradition (bete peut-etre, mais c'est une croyance justifie'e, c. a. d. un message de la terre). La cause est que les multi-nationales, contre des PRETS BANCAIRES, imposaient le type d'outillage a acquerir, et plus... "QUOI SEMER" et conditionnaient la nature meme de ce qui est cultive'. Pas besoin de dire que le MAIS, a DNA (genetique regle'e) est le champion. Et maintenant, attache-toi a ta chaise (bouteflika style), on casse le marche', en payant 1 centime de plus, ce mais, se retrouve destine' aux RAFFINERIES, pour assouvir la soif des Berlines Allemandes un peu partout dans le monde, ou pour nourir les porcs. Bref, la ou poussaient par example des Patates rouges, super charge'es en Vitamines et anti-oxydants (bonne pour aider l'Immunisation), on plante du Mais - De la protein, c. a. d. de l'energie, qui se transforme en glucose et en graisse, etc. etc. La protein sans la vitamine, est mortelle parait-il. on peut dire qu'il s'agit d'une batardisation sterile sinon nocive.

L'avantage de l'analphabetisme, et qu'on n'invente la roue une 2eme fois. c. a. d. qu'on seme a un endroit X, ce qu'on y trouve poussant naturellement - Sinon, c'est la corde au cou. En effet, la methode de suicide en Inde, c'est la Pondaison.

En Algerie, la batardise est plus grave, la batardisation est dans la culture ausi bien de la nature, qu'Humaine. Cette batardisation est similaire a celle des Indiens cite'e. On a pas corrompu (ce que fait bouteflika), mais COERCE' les Paysans Algeriens. C. a. d. une corruption de force - Example de methode: 1) Si vous avez de la terre, vous la travaillez ou vous la perdez. 2) Si vous voulez la travailler, alors on vous dit quoi en faire et vous force aux angrais et les (pois/noix) - Seed (Anglais). 3) Si vous passez les 2, on vous prend la production pour la distribuer via le souk al fellah et biensur ON VOUS FIXE LE PRIX.

Qu'importe, disons que cela peut etre qualifie'e de mesure de justice dans la distribution, c. a. d. les patates, les tomates, etc du nord contre le petro-dollar du sud, etc. Cela est la 1ere etape, c. a. d. on vous confisque le produit de la terre de vos ancetres. La 2eme grave confiscation est celle de la terre-meme, a en vous confisquant vos enfants pour s'assurer qu'il n'y ait pas de releve. Cela est fait avec la confiscation de batardisation de la culture et l'aneantissement de la relation romantique Homme-terre.

En bref, l'ecole algerienne apprend a vos enfants a "detester la terre et a aimer le ciel", qui produit la haine de ses ancestres et au bout de 2 generations, l'auto-alienation et la haine de soi. Ca, c'est la batardisation non-pas de la terre, mais de la culture.

Enresume', tandis que les dirigeants Indiens n'avaient de choix, sinon laisser champs libre aux multi-nationales a travers les banquiers, en algerie c'est par choix et a travers des charlatants etrangers.

En plus de la diversite' biologique, grace a son ettendue, tous les produits sont disponibles a longueur d'annee et partout a travers le pays/continent - avec la concurrence de l'import. Les agriculteurs ne peuvent pas faire la greve (inutile), il font de la pub et lobbying seulement, etc. Expose's a aussi bien au Dumping qu'a une concurence desequilibre'e (economie de marche' obligeant), les Agriculteurs ne sont pour autant pas menace's de disparition, et surtout pas la culture. Aux USA, comme au Canada, les Agriculteurs sont proteges' et subventionne's par mille mesures. Non, il n'y a pas besoin de corruption - c'est dans la politique des politiques. L'interet est de preserver LA CULTURE, de fier terrien - avec toute les symbolique de Nobilite', etc. - au meme titre que le statut de combattant, les militaires. Il revient au reste de la societe', de degager une plus value avec leur entrepreunariat... Ainsi, une lisence d'usage d'un logiciel couvre tous les soins medicaux d'un fermier et d'un soldat. Et pour cela, le pays est loin d'etre sujet a quelconque danger etranger.

Non, ce n'est pas les charlatants qui manquent non-plus. Ils sont seulement expose's au discours contraire de la societe' scientifique qui demontre ses discours avec des preuves materielles. On peut dire tout ce qu'on veut de Steve Jobs et tant d'autres, mais le iPhone vous parlera, etc. etc.

visualisation: 2 / 10