Conférence du consensus national : le FFS obtient l’adhésion du FLN

Amar Saadani patron du FLN et Mohand Amokrane Cherifi du FFS
Amar Saadani patron du FLN et Mohand Amokrane Cherifi du FFS

Le Front de libération nationale (FLN) a exprimé son "adhésion" à l'initiative du Front des forces socialistes (FFS) pour la tenue d'une conférence de consensus national avant la fin de l'année 2014.

Si l'information est confirmée par Amar Saadani, le patron du FLN, elle pourrait constituer une bonne avancée pour la concrétisation de cette initiative politique chère au FFS. "Lors de la deuxième rencontre avec le FFS, le FLN soumettra des propositions sur la révision de la Constitution et présentera la vision du parti sur les questions économiques, à l'instar de nombreux autres partis politiques et personnalités nationales, a fait savoir Saïd Bouhadja, membre du bureau politique du FLN chargé de l'information, dans une déclaration publiée lundi par le journal de l'ancien parti unique "Sawt El Ahrar".

M. Bouhadja a souligné la nécessité de la mise en place d'une commission mixte regroupant tous les partis politiques et qui sera chargée d'étudier ces propositions afin de garantir le succès de la conférence qui demande, a-t-il dit, un travail collectif".

Il a souligné que son parti "s'apprête à s'engager dans cette étape pour renforcer les fondements de l'Etat algérien", ajoutant que la rencontre qui a regroupé récemment les dirigeants des deux partis était positive". Le même responsable a par ailleurs souligné qu'"en tant que "force unificatrice et de dialogue", le FLN devait "naturellement" adhérer à cette initiative.

Le Secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Amar Saadani, avait rencontré le 21 octobre dernier, M. Mohand Amokrane Cherifi, membre de l'instance présidentielle du FFS, en prévision de la tenue de la "Conférence du consensus national", à laquelle a appelé ce dernier. M. Saadani a déclaré lors de cette rencontre que son parti était prêt à aborder toutes les questions", avant de souligner que le programme de son parti "se rapproche" de celui du FFS. "Nous appelons aujourd'hui au dialogue et à la participation de tous au sein du gouvernement pour assurer un changement de l'intérieur", a-t-il affirmé.

Il a précisé que son parti partageait les positions du FFS, "un fait, a-t-il déclaré, qui n'est pas né du hasard, car il s'agit en fait d'un prolongement de l'histoire d'autant que le fondateur de ce parti est l'un des artisans de la guerre de libération".

Dans le cadre de cette conférence national que s'emploie d'organiser le FFS, les représentants de ce parti ont rencontré plusieurs partis politiques, organisations transpolitiques. Le 1er novembre, l'instance présidentielle du plus vieux parti d'opposition a échangé samedi et dimanche successivement avec le Syndicat national autonome des personnels de l’Administration publique (SNAPAP) ainsi que les directeurs des quotidiens El Watan et El Khabar.

L.M/APS

Plus d'articles de : Politique

Commentaires (16) | Réagir ?

avatar
Mmis Umazigh

@ Moh Arwal

Vous dites: "LE FFS A UNE STRATEGIE IL FAUT ATTENDRE AVANT DE LE SALIR... "

Je vous rappelle juste que le FFS existe depuis 1963 et que sa stratégie, celle de se libérer du joug arabo-mafieux-musulman, a été consommée justement un an après sa création.

C’est à dire que le FFS qui s'est rebellé en 1963 et qui a fini par déposer ses armes en 1964 et Ait Ahmed qui a quitté son pays et sa région natale définitivement depuis, pour ne plus rien faire plus tard mis à part battre le pavé sur les rues de la Kabylie ou sur celles d’Alger n’inquiète plus le pouvoir Algérien et cette association avec les violeurs et assassins des martyrs de 1963 n’est qu’une énième trahison de leur mémoires. Autrement dit : Ils sont morts pour rien !!! Donc y a rien à attendre d'un parti qui a épuisé toutes ses options y compris militaires.

" inid tita deg w-irohen negh deg w-dyeqimen temtedh... " ZM

avatar
Massinissa Umerri

SOyons realistes - ces brigands n'ont aucune ide'e de ce que c'est la politique. Ils se retrouvent dans le combriolage de banques, que se soit durant la guerre contre la france ou celle contre l'Algerie. Ne sachant quoi faire, ils se negotient les populations, et le fefesses, posera ainsi la Kabylie, comme son troupeau prive' qu'il se chargera de domestiquer, et je suppose que chacun a quelque jeton a avancer... Une chose est sure, ils controllent l'agenda, et restent "en charge" - voila l'utopie et pauvre populations, soumises de grace ou de force !

visualisation: 2 / 13