1er novembre : le Pôle des forces du changement communique

Ali Benflis, le coordinateur du Pôle des forces du changement.
Ali Benflis, le coordinateur du Pôle des forces du changement.

Le Pôle des Forces du Changement a tenu le mercredi 29 octobre courant sa réunion de coordination sous la conduite de son coordonateur, M. Ali Benflis.

Alors que l’Algérie s’apprête à célébrer le soixantième anniversaire de la glorieuse révolution du 1er novembre 1954, le Pôle a adressé ses plus vives félicitations au peuple algérien et a souhaité au pays toute la réussite dans ses efforts visant à relever les défis politiques, économiques et sociaux auxquels il est actuellement confronté. Le Pôle a considéré que le peuple algérien qui a pu à travers sa longue Histoire administrer des leçons de résistance et de résolution saura puiser en lui-même, en son génie et en ses ressources inaltérables, la capacité et le courage de relever ces défis dans toute leur diversité et leur complexité.

Le Pôle a saisi l’occasion de sa réunion pour saluer avec respect et considération le nouvel acquis de la révolution nationale en Tunisie sœur que représente la tenue d’élections législatives dans des conditions de crédibilité, de transparence, de régularité et de sérénité qui forcent l’admiration. Le Pôle a adressé ses félicitations les plus chaleureuses au peuple tunisien ainsi qu’à l’ensemble de la classe politique et les autres forces politiques, économiques et sociales pour leur réussite dans l’organisation d’une transition démocratique en tout point exemplaire. Le Pôle a estimé que la Tunisie sœur vient ainsi fournir un exemple et offrir un modèle du changement ordonné, graduel et apaisé auquel en appelle l’opposition nationale algérienne avec réalisme et détermination.

Alger le, 29 octobre 2014

Le Coordonateur du Pôle des Forces du Changement

Ali Benflis

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
Massinissa Umerri

On vous a remplace' pour la derbouka, il y a toujours le bendir...

avatar
khelaf hellal

A mon avis, Benflis veut dire par là qu'il faut dénoncer aussi bien la fraude électorale massive ainsi que le boycott massif des citoyens , des procédés qui portent l'un et l'autre, un grave prejudice à un processus démocratique fondé sur le suffrage universel. Si tout le monde avait participé au dernier scrutin présidentiel librement et sans contraintes tout en dénonçant les ruses et les stratagèmes machiavéliques du système, les choses auraient surement évolué dans le bon sens comme en Tunisie. Les voix des 49% ou plus des boycotteurs auraient pesé lourdement sur le résultat , une attitude qui a dénaturé le dernier scrutin sans le rendre invalide et qui a abandonné les joutes électorales de ces présidentielles à l'avantage du candidat du pouvoir qui en a fait son jubilé.

visualisation: 2 / 4