La CLTD charge le pouvoir des crises actuelles et à venir

Des membres de La CLTD
Des membres de La CLTD

Dans un communiqué, Jil Jadid annonce les dernières décisions prises dans le cadre de la Coordination des Libertés et Transition démocratique (CLTD).

Dans le cadre des rencontres périodiques de la Coordination des Libertés et Transition démocratique (CLTD), s’est tenue ce jour lundi 20 octobre au siège de Jil Jadid, une rencontre ayant regroupé les leaders des partis et personnalités, en l’occurrence Soufiane Djalili, Mohamed Douibi, Ahmed Benbitour, Abderezak Makri, Mohcen Belabes et Amar Khababa.

Au cours de cette rencontre, il a été discuté de  la situation qui prévaut actuellement dans le pays et qui se caractérise par :

  • La sortie dans la rue des éléments de la Sureté nationale et l’occupation des sièges du Palais du gouvernement et le siège de la Présidence de la République.
  • Le rappel des forces de la Garde républicaine, ce qui dénote de la déliquescence au sein du pouvoir en place.
  • La mise sous contrôle militaire de la vallée du M’zab.
  • La situation dangereuse qui prévaut dans les régions des Touaregs, sans compter les grands dangers tout au long de nos frontières.
  • Le recul des prix des hydrocarbures, auquel le pouvoir en place n’a donné aucune importance, ce qui aura des incidences négatives directes sur le développement économique du pays d’une part et sur la train de vie du citoyen d’autre part, du fait de la dépendance exclusive du pays de ce produit stratégique.

La CLTD tient pour responsable direct le pouvoir en place. Les dernières secousses et manifestations dangereuses sont la conséquence directe du pouvoir en place, en mal d’idées, en rupture totale avec la société et incapable de s’inscrire dans l’avenir. La CLTD, qui n’avait cessé de le lui rappeler particulièrement lors de la Conférence historique de Zéralda du 10 juin 2014.

En conséquences, la CLTD confirme une fois de plus son attachement aux recommandations de cette conférence et considère que la sortie de la crise actuelle ne saurait se régler sans le retour à la volonté populaire à travers un processus d’élections total, libre, juste et transparent sous le contrôle direct d’une Commission électorale Indépendante et permanente dont les tâches essentielles seront les suivantes : Préparer, accompagner, superviser, contrôler et proclamer les résultats de toutes les élections tant au niveau local que national, seul gage de sortie de la crise.  

Alger, le 20 octobre 2014

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
moh arwal

Ils se réunisent pour boire le thé ensemble.

avatar
Massinissa Umerri

Puisque l'espoir d'en tirer quoi que se soit de substantiel serait un delire, alors autant en tirer un peu de comic. Imaginez moi le rab de dzair. le vrai. Il s'avere que les chaises roulantes ne sont pas fiables - elle generent trop de pitie', meme envers les plus crapuleuses des carapules. Faut donc retourner a la chaise fixe.

Question a 1milliard de doros: Combien de temps faudrait-il a cette nouvelle turbine qui avertit sans arret que ceci ou cela porte atteinte grave a la "republique" - on dirait que les Americains les ont privilegie's avec les "lunette de nuit" - L'avantage avant reserve' aux obscurantistes, qui n'avaient pourtant besoin ni de yeux, ni d'oreilles, ou de tete meme - ils sont teleguide's par l'esprit !!!!

Bref. disons que le grand matoux-chikour leur demande de former un executif - seraient-ils capable de le faire ? Si non, qui sera decapite' le 1er ? - a mon avis, le kabyle, le mzab, suivis de sans-barbe-ni-moustache, puis des sans-barbe avant que ca n'arrive a combien de zaouiyas est il inscrit.

visualisation: 2 / 3