Résolution du conseil national du FFS

Résolution du conseil national du FFS

Le conseil national du Front des forces socialistes a tenu une session extraordinaire. Lire sa résolution.

Le Conseil National a procédé à l’évaluation de la situation politique dans une conjoncture économique et sociale préoccupante et dans un environnement international et régional particulièrement instable et menaçant pour la sécurité nationale et la préservation de nos ressources.

Le Conseil National considère que les propos alarmistes des uns et d’autosatisfaction des autres empêchent de voir la réalité nationale dans toute sa complexité avec ses acquis, ses potentialités et les défis qu’il faudra relever à court, moyen et long terme, notamment les actions concrètes et prioritaires nécessaires au traitement de cette situation.

Ces défis à la fois d’ordre politique, économique, social et sécuritaire requièrent la mobilisation de toutes les énergies et rendent plus que jamais nécessaire la reconstruction d’un consensus national pour aplanir les divergences sur les voies et les solutions à retenir pour relever ces défis et ouvrir la voie vers l’édification d’un Etat de droit tout en préservant l’unité nationale.

L’adhésion à ce consensus des forces politiques, économiques et sociales représentant la société confortera la confiance nécessaire à l’exercice démocratique du pouvoir et permettra de dépasser les divergences contingentes et orienter tous les efforts du pays sur la voie de la paix, de la démocratie et du progrès.

Le Conseil National réitère l’engagement du parti comme partenaire à part entière à œuvrer sans relâche à la concrétisation de ce consensus en réunissant, en concertation avec toutes les parties prenantes - de l’opposition, du pouvoir et de la société civile - les conditions les plus favorables à la tenue et au succès de la Conférence nationale de consensus.

A cet effet, le Conseil National recommande aux structures du parti d’agir dans la transparence et de prendre à témoin les citoyennes et les citoyens de notre pays tout au long du processus de préparation de cette Conférence, pour bien montrer que la démarche engagée est neutre, non partisane et n’a d’autre finalité que l’intérêt national.

Le Conseil National

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Quelqun EncoreQuelqun

@ R A M E S S E S II

A aucun moment je ne vous ai insulté à miss tmourth, relisez-moi et vous verrez. Je dis simplement que l'analyse politique et l'Histoire ne sont pas des passe-temps à disposition de pseudo Dr ès Lettres comme ce Rédjala ou d'autres complexé (e) s avides de guerre (s) fratricides.

"Avahloussis dhég ouvella3, nétsa yettamâ3 édella3 ", ainsi pourrions-nous résumer le cas de ces pseudo-penseurs tout droit issus du "fawdha mental".

Autrement, n'y a-t-il pas de combat plus noble et plus urgent actuellement pour un kabyle qui se respecte que de venir baver sur un personnage bien de chez nous avec ses qualités et ses défauts?

N'est-il pas dangereux que d'insinuer une proximité ou carrément une collusion entre ceux que l'on appelle chez nous les Imravdhéne et l'islamisme intégriste?

Des analyses de caniveaux signées, en plus, par ce "Dr ès Machin".

La meute doit se réveiller car l'ghachi yâ3ya, et ce n'est pas pour rien que ni le FFS, ni le RCD ne sont plus audibles en kabylie et que des mouvements alternatifs comme Lâ3rouch en leur temps ont vu le jour.

Ce Rédjala dont l'analyse n'a rien de "Rédjla" devrait plutôt se pencher sur ce phénomène de désertification politique (structurée) de la kabylie, au lieu de son verbiage à la limite du décent.

avatar
R A M E S S E S II

Le FFS pratique deux politiques, une invention du Zaim émigré depuis 50 ans, alors que cheikh Mohand, adheddar Rabi s La3nayas, n'a jamais voulu quitté son promontoire la haut, il est entre les siens, et toi qui a trahi tes parents, à l'instar des nouvelles générations de grandes familles maraboutiques qui étaient très respectées en Kabylie, ce que j'essaye d'expliquer pour certains qui nous traitent d'arabisants,

Lui le Français Vert/Bleu, que son Zaim n'a pas failli à sa mission, ni trahi ses ancêtres, ni pacsé avec le diable. Il a même délaissé l'héritage familiale pour les chocolats suisse, et les millions de Francs de nos grand mére (Sandouk tadhamoun distribué entre ami en Suisse, Khider et les autres), Les familes maraboutiques ont trahi les aieux et ils ont tragi la Kabylie pour d'autres, San Egidio et les Ben Bella, et Baudelaire vient m'insulter moi Ramasses II;

ahia Baudelaire Khouya, toi franci, nous migriyas sans connaissances et on écrit le Français en Verlan.

- La politique de la chaise vide

- La politique de deux chaise vides (ni avec l'opposition, ni au pouvoir) cette invention s'appelle, avoir le Q entre deux chaises;

- Bientôt le ffs mettra en Œuvre sa troisième théorie, avoir la chaise dans le machin. avec tous mes respects;

"Ahia si lhocine kech tfahmedh, mad nek debhim" dixit Lwenas;

RMII