Algérie-France : dérive dangereuse

Abdelaziz Bouteflika et François Hollande.
Abdelaziz Bouteflika et François Hollande.

En juillet 1962, le général De Gaulle aurait dit, après le vote massif du peuple algérien POUR l'indépendance de l'Algérie, lors du referendum d'autodétermination, qui a été organisé, le 1er juillet 1962, par la France coloniale : "L'indépendance de l'Algérie, dans 50 ans on en reparlera !" 50 ans après, a-t-il eu raison ou tort ?

Le dernier exemple, qui interpelle la conscience collective du peuple algérien, à qui les aventuriers du clan présidentiel ont imposé, par la force et la fraude massive, leur candidat, qui est pourtant dans l'incapacité physique, mentale et morale d'assumer correctement ses lourdes charges, lors de la mascarade du 17 avril 2014, est celui de l'énigmatique deuil national de trois jours, décrété par le Président Abdelaziz Bouteflika à la suite du crash de l'avion affrété par Air Algérie sur le sol malien.

En effet, beaucoup d'Algériens et d'Algériennes pensent que ce deuil a été plutôt décrété pour les 54 passagers de nationalité française et pour plaire, une fois encore, aux autorités françaises que pour les six passagers de nationalité algérienne.

En tout état de cause, la dérive francophile du clan présidentiel s'accélère depuis les derniers séjours d'Abdelaziz Bouteflika à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce et aux Invalides.

Se terminera-t-elle au Père Lachaise, pour ne pas dire au Panthéon ?

Entre la coopération et la collaboration, la frontière est souvent très mince, surtout pour ceux et celles, qui ne jouissent pas des capacités de discernement et de la lucidité nécessaires.

Comment mettre fin à cette aliénation effrénée de ce qui reste de la souveraineté nationale, aujourd'hui quasiment réduite à sa plus simple expression et sortir l'Algérie de la tutelle étrangère où elle se trouve, à cause de l'incompétence, de la cupidité et des calculs mesquins de ses dirigeants autoproclamés ? Vaste et difficile question qui ne trouvera réponse que dans un sursaut national de dignité.

Rabah Toubal

Plus d'articles de : Algérie-France

Commentaires (16) | Réagir ?

avatar
klouzazna klouzazna

Quel contraste, d'un coté on a un pouvoir sans légitimité de l'autre une légitimité sans pouvoir !!!

avatar
klouzazna klouzazna

Quel paradoxe !!! d'un coté on a un pouvoir sans légitimité et de l'autre une légimité sans pouvoir !!!

visualisation: 2 / 16