Claude Lasnel, un ami de l'Algérie, nous quitte

Claude Lasnel, promoteur de l'interculturalité.
Claude Lasnel, promoteur de l'interculturalité.

Je me doutais que le monde était fou mais j'oubliais parfois qu'il pouvait être féroce.

Claude Lasnel, l'ami des Maghrébins, le frère des Hommes, celui qui a vécu par et pour le partage.

Claude Lasnel, inexpugnable humaniste qui s'est nourri et a dispensé de l'espoir tout au long de sa vie vient de nous quitter ce lundi, aux alentours de vingt heures. 

Il est mort dans mes bras, à deux pas de sa maison, où j'étais arrivé deux heurs avant. Cette maison qui respirait l'hospitalité, qui a résonné du rire de tant d'enfants. Qui a accueilli tant d'hommes et de femmes des deux rives de la Méditerranée. 

Claude est parti serein. Peut-être, seulement, aurait-il voulu finir toutes les tâches qu'à 78 ans, il pensait lui incomber encore. 

Sa famille et plusieurs de ses amis sont déjà là. Dans son asile. D'autres arriveront bientôt.

Claude Lasnel était un pays à lui tout seul. 

Meziane Ourad

(*) D'ores et déjà, les anciens élèves du lycée technique d'Alger (Ruisseau) appellent à une veillée commémorative le 26 juillet 2014 à l'intérieur de l'enceinte du lycée, après le f'tour.

Plus d'articles de : Décès

Commentaires (2) | Réagir ?

avatar
Ferial S

Je n'ai pas été parmi ses élèves du lycée, mais il m'a formé dans le cadre associatif notamment dans le domaine de l'interculturalité et la culture de la paix. Paix qu'il représente pleinement car c'était un Homme de paix et d'amour.

Il adorait l'Algérie et surtout les algériens, il parlait toujours de ses élèves et des années qu'il a passé dans le pays. Il avait pleine confiance dans les capacités des jeunes et n'avait de cesse de les encourager même après son retour en France.

Avec des amis associatifs il nous a également reçu chez lui et présentait son fils Salim... je souhaite beaucoup de courage à toute sa famille et ses amis.

Repose en paix mon cher ami.

avatar
rachid harire

Je ne l’ai pas revu depuis juin 1972, au lycée technique du ruisseau. Il fut notre professeur de français. Depuis j’ai toujours eu une pensée respectueuse et amicale pour lui. Je n’oublierai jamais l’excursion en kabylie avec les profs de math et … Il nous avait appris une chanson que j’ai encore gardé en mémoire à ce jour. De même, lorsqu’il nous emmenait dans une école de belcourt (dont son directeur est décédé il n’y a pas très longtemps) pour y donner des cours à de jeunes écoliers et même des adultes. Ensuite il nous raccompagnait le soir à notre domicile (j’habitais EL-BIAR, et mes camarades à fougeroux et bouzaréah. Si vous avez des témognages merci de les communiquer ou me les envoyer à rachidboss@yahoo. fr Merci