Mohamed Mechati, témoignage

Résistant jusqu'au bout Mohamed Mechati était opposant au 4e mandat de Bouteflika.
Résistant jusqu'au bout Mohamed Mechati était opposant au 4e mandat de Bouteflika.

La dernière fois que je l'ai interviewé, c'était en février 2012, dans le cade d'un Hors- série sur le 50 eme anniversaire de la guerre d'indépendance, publié par le journal l'Humanité.

Par Hassane Zerrouky

Dans cet entretien, avec son franc-parler, il n'a pas éludé certaines vérités. Extraits: "A la vérité, la lutte armée a été déclenchée dans la précipitation", critiquant le fait que Boudiaf et ceux qui ont fondé le FLN aient mis les militants devant le fait accompli. Quant à son propre parcours, il le décrivait sans forfanterie, depuis sa démobilisation en 1945 après la campagne de Tunisie, d'Italie et de France au sein des tirailleurs algériens, apprenant une fois rentré chez lui l'ampleur des massacres du 8 mai 1945. " je n'arrivais pas à y croire. Je me suis alors engagé dans le PPA ". Ajoutant: "à l'époque militer, c'était toute une aventure".

Et de me raconter sa mission au nom du PPA à Djelfa en 1949: "Il n'y avait qu'un seul bus par semaine au départ d'Alger. Le voyage durait presqu'une journée. Habillé d'un burnous, je mettais la capuche et faisais semblant de dormir pour ne pas avoir à discuter avec des voyageurs qui ne manqueraient pas de bonne fois de me demander ce que j'allais y faire. A l'époque l'arrivée d'un bus en provenance d'Alger était un événement dans ces coins reculés. La présence d'un "étranger" au douar était aussitôt signalée à l'administration coloniale. Une fois arrivé, je quittais précipitamment le bus et m'engouffrais à la mosquée où je prenais un Coran et faisais semblant prier, et je n'en sortais qu'une fois la nuit tombée pour rencontrer mon contact. Je savais où le trouver".

50 ans après, son regard est sévère : "En 1962, on avait tous les moyens pour réussir. On avait des têtes, des militants dévoués, un peuple prêt à tout pour faire de l'Algérie un pays moderne et prospère".

Je l'ai revu, déjeuner et pris des pots avec lui. Et avant de partir, il avait appelé à la mobilisation contre le quatrième mandat, tout comme il s'était mobilisé pour dénoncer la violence islamiste durant. Les années 90.

H. Z.

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (7) | Réagir ?

avatar
ali HORR

Un vrai et authentique Moudjahid qui s'en va. D'ailleurs, il était le seul à clamer haut et fort que Boumediène ne méritait pas d'être Président. Le temps lui a donné raison, la preuve, il était contre le quatrième mandat. Depuis 1962, on a eu deux présidents : Houari Bouteflika et Abdelaziz Boumediène.

avatar
elvez Elbaz

Il ya quelque chose de pourri dans une algérie qui glorifie l'esbrouffe, l esprit clanique et regionaliste, la corruption et l humiliation des faibles par ceux qui se sont autoproclamés maîtres et décideurs par la fraude et la gégene et qui oublie les grands hommes tel le regretté MECHATI mohamed qui a combattu pour liberer cette algérie du colonialisme apartheid français!!

On glorifie le vil et le lâche et on oublie le heros!

Adieu Mass MECHATI les enfants de l'algerie algerienne ne vous oublieront JAMAIS!

visualisation: 2 / 7