La moudjahida Evelyne Safir est décédée

Evelyne Safir a publié son témoignage de lutte : "Juste Algérienne"
Evelyne Safir a publié son témoignage de lutte : "Juste Algérienne"

La moudjahida Evelyne Safir est décédée, vendredi soir, à l'âge de 87 ans, en son domicile, à Médéa, a-t-on appris samedi auprès de ses proches.

Evelyne Safir, épouse de feu le journaliste Abdelkader Safir, née Evelyne Lavalette, en 1927 à Alger, est issue d'une famille de Pieds-noirs, installée depuis trois générations en Algérie.

La défunte a grandi à Rouiba, banlieue est d'Alger. Elle adhéra, en 1951, à l'Association de la jeunesse algérienne pour l'action sociale (AJAAS), à travers laquelle elle va mener des actions de solidarité en faveur des populations rurales qui vont lui permettre de découvrir les conditions précaires dans lesquelles vivaient ces dernières.

L'auteure de "Juste algérienne", une autobiographie retraçant son parcours militant au sein du Front de libération nationale (FLN) et des institutions officielles du pays, rejoignait les rangs de la Révolution en 1955, où elle participe par le biais de l'AJAAS à l'impression clandestine dÆune revue du FLN.

Evelyne Safir sera engagée, par la suite, comme agent de liaison, chargée de l'impression de tracts, du transport de matériel, de l'acheminement des colis spéciaux et de l'hébergement de certains grands chefs de la Révolution, parmi lesquels, Les colonel Ouamrane, Slimane Dehilis, Krim Belkacem, Larbi Ben M'hidi, Mohamed Seddik Benyahia, Abane Ramdane et Benyoucef Benkhedda.

Elle participa, en 1956, à l'impression du 1er numéro du journal "El-Moudjahid" et assura également la transcription du communiqué final du "Congrès de la Soummam", de l'"Appel" à la grève des étudiants, ainsi que de la "Lettre" du chahid Zabana à ses parents, avant dÆêtre guillotiné, en juin de la même année.

Arrêtée en novembre 1956 à Oran, lors d'une mission pour le compte de l'instance exécutive du FLN, elle sera jugée et incarcérée successivement à Oran, El-Asnam (Chlef) et El-Harrach (Alger). A sa sortie de prison, elle s'installa provisoirement en France, sous une fausse identité.

Un séjour qui sera de courte durée, suite aux intimidations et menaces de mort proférée contre elle par des groupes extrémistes appartenant à l'organisation "La Main rouge", qui a précédé l'organisation criminelle "OAS" (Organisation de l'armée secrète). Elle s'exila, pendant deux ans, en Suisse, puis regagna lÆAlgérie, à l'indépendance.

Elle est élue à l'Assemblée constituante, puis à la première Assemblée nationale, en 1964, avant d'intégrer le ministère du Travail, en qualité de conseillère, avant d' occuper le poste de directrice de l'Action sociale à Médéa, jusqu'à la fin des années 70.

Retraitée, elle s'installe à Benchicao, à l'est de Médéa, avec son défunt époux, doyen des journalistes algériens, puis déménagea, pour des raisons sécuritaires, à Médéa, à partir de 1993 où elle passa le restant de sa vie.

APS

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

C'est pour toutes ces raisons que l'article : Islam religion d'etat de la Constitution algérienne est une héresie, un non-sens, un reniement du combat de ces gens -là, qu'ils soient chretien, juif, communiste ou autre ? Cela signifie que le fils (ou fille) ou le petit - fils (ou petite-fille) des chouhadas (ates) et moudjahidines (ates) comme Eveline Safir, Maillot, Audin, Chaulet, Alleg etc... etc... ne peuvent pas prétendre devenir des "hommes d'Etat" dans le gouvernement de l'Algérie indépendante. C'est une grave injustice qui n'est pas prête d'être reparée connaissant les les oeillères et le populisme crasse qui caractérisent nos dirigeants politiques post-indépendance.

avatar
oziris dzeus

Le mot moudjahid ne suffit pas à lui seul, il est associé à certains mots magiques, militantisme, combat, participation, action, blessure, arrestation, condamnation, incarcération, torture dans la plupart des cas, prison, Menaces de mort, exile ……… et c’est pour cela qu’en Algérie on ne connait les vrais militants et combattants du FLN/ALN qu’après leurs mort. Une biographie de wiza ighil ahriz, d’Evelyne , hassiba, petit omar, abane, ou benmehidi couvrira de honte les imposteurs faux moudjahidines. Il est certain que tous ces imposteurs ne figurent pas sur les fiches de recherchés par l'armée et la police coloniale française.

visualisation: 2 / 3