Communiqué du Front des forces socialistes

Le conseil national du FFS rejette les élections et le boycott
Le conseil national du FFS rejette les élections et le boycott

Le FFS a rendu public ce communiqué sur sa position concernant la présidentielle.

Le consensus national et la démocratie ne seront pas au rendez-vous au lendemain des élections présidentielles du 17 avril prochain. Le 18 avril prochain ne sera pas un moment de cohésion sociale; malheureusement, le fossé entre les institutions et les «citoyens» ne fera que se creuser davantage et l’État se délite chaque jour un peu plus.

Nous ne pouvons que regretter le maintien d’un système où les décideurs dans les différentes sphères de décision continuent de tout se permettre après que les grandes puissances mues par leurs seuls intérêts stratégiques et économiques lui aient déjà tout permis. Nous sommes toujours dans une république des décideurs où les élections ne sont qu’une formalité pour imposer leurs options.

Le jour d’après, les périls et les défis seront toujours immenses.

Le prochain scrutin ne permettra certainement pas de conjurer les risques de vide politique, d’instabilité institutionnelle, de radicalisations possibles et n’effacera pas les pressions économiques, diplomatiques voire sécuritaires qui s’accentuent sur notre pays. Comme ne sera pas effacé le risque de scénarios catastrophiques comme vécus par nombre de pays dans notre aire régionale.

Faut-il évoquer les défis économiques et sociaux formidables qui se posent pour nous; le scrutin à venir nous permettra-t-il un sevrage sans douleur de la rente pétrolière; nous permettra-t-il de venir à bout des fléaux du chômage, de la précarité et de l’exclusion ?

C’est pourquoi le peuple algérien, un peuple intelligent, qui à travers l’Histoire à fait la preuve de ses aspirations à la liberté continue de refuser l’aventure et paraît parfois ménager le système.

Cela ne veut aucunement dire qu’il renonce à l’espoir de voir, le pays se relever, le génie algérien s’exprimer et à l’espoir de trouver les chemins du consensus pour une issue à la crise. C’est en son sein, avec lui que notre parti veut contribuer à construire le devenir et l’avenir du pays.

Le FFS ne compte toujours pas sauver le système au nom du patriotisme, mais il n’oublie toujours pas le patriotisme au nom de la démocratie.

Toute la problématique est là : comment sauver le pays, consolider l’État, enraciner les libertés et défendre les pluralismes sans sauver le système ?

C’est un chemin qui n’est pas facile. Mais peut-être faut-il au moins savoir ce qu’il ne faut pas faire comme refuser les radicalisations violentes. Les expériences que nous avons vécues et celles que nous voyons se dérouler en Egypte, en Libye, au Soudan ou en Ukraine sont édifiantes. Notre choix est irréversible : toutes nos actions s’inscrivent dans une logique de changement pacifique.

Il faut faire preuve de cohérence dans ses choix, dans sa ligne et dans ses positions politiques. Notre position actuelle est de s’inscrire dans la cohérence des résolutions votées et adoptées par le 5e Congrès du parti, et de son mot d’ordre de reconstruction d’un consensus national pour aller vers une transition démocratique et pacifique.

Enfin, la préservation des intérêts de notre pays, nous impose la nécessité de prendre le temps qu’il faut pour réunir les conditions de ce consensus. Comme nous devons garder à l’esprit les nécessités économiques et géostratégiques du pays qui nous contraignent à éviter l’effondrement de l’État et le vide politique.

Pour conclure, ce scrutin n’est décisif que pour le système.

Dans ces conditions, pour le FFS participer est inconcevable. L’option du boycott, même si elle est respectable, ne constitue pas à elle seule une alternative. Dans l’ordre historique et dans l’ordre stratégique, dans l’étape actuelle, la reconstruction d’un consensus national, autour d’un programme et d’un calendrier de transition, est notre objectif majeur.

Nous avons la conviction inébranlable que nous ne le reconstruirons pas seuls; la porte demeure ouverte à tous ceux qui y viendront, par delà leur position du moment.

Nous avons la conviction inébranlable que ce consensus est inéluctable.

Le Conseil national du FFS

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (8) | Réagir ?

avatar
khelaf hellal

Le FFS veut sauter les étapes pour ne pas voir la réalité en face. L'autruche n'aurait pas fait mieux pour laisser passer la tempête tout en gardant le pied dans le système. Il fait semblant d'être contre le système tout en étant contre ceux qui sont contre le système pour ne pas nous dire qu'il est contre le RCD son frère ennemi.

avatar
mosbah hamdi

C'est une décision sage et les partis qui en croient au changement et à la vrai démocratie doivent y participer pour ce consensus et à la fin de ce mandat il faut réviser la constitution et rendre la validité de deux mandats pour les présidentielles, que les candidats soient d'un haut niveau intellectuel formulant des bagages et l'age ne doit pas excédé la cinquantaine y compris celui des ministres maximum et comme ceci les jeunes prendront sans aucun doute le flambeau de la transition pacifiquement et l' Etat sera conservée pour une autre meilleures continuation.

visualisation: 2 / 7