Le MCLD appelle à une transition politique

Le MCLD appelle à une transition politique

Le Mouvement citoyen pour les libertés et le développement nous a fait parvenir le communiqué suivant.

L’Algérie est proie à de féroces batailles de clans au caractère prédateur assumé. L’opposition est asservie et/ou désintégrée, toutes tendances confondues, et les citoyens sont trop désabusés par vingt ans de terrorisme, de répression, de verrouillage institutionnel, de corruptions et trahisons.

Le régime issu du coup de force de l’été 62 a consumé «sa » légitimité historique, ses idéologies laïques ou religieuses et le capital antiterroriste patriotique pour aboutir à un divorce entre peuple et Etat. Il est dans une dynamique centrifuge incontestable, imprévisible et surtout dangereuse pour la Nation.

En lutte sourde depuis quinze ans autour du contrôle de la rente, les diverses factions du régime se neutralisent non sans privatiser et paralyser le pays et les institutions. Sans avoir réussi encore à se soumettre tous ses membres, par cooptation et privilèges, Bouteflika a fracturé l’unité du cabinet noir qui gérait l’Algérie par fraudes diverses et marionnettes civiles interposées. Pas d’illusions, pour autant, sur la volonté politique réelle de l’ex-futur Président, ses trois mandatures sont un rejet clair de l’Etat civil, des libertés et du développement réel.

La dénonciation de la structure policière du régime par une fraction du FLN et la guerre ouverte faite au clan présidentiel par son rival ont, collatéralement, mis à nu les limites d’un « pluralisme » politique sous parapluie sécuritaire, non sans révéler, l’étendue de la pieuvre souterraine qui enserre Etat et Société.

Censée être un moment de compétition de projets de société, de programmes de développement et surtout d’alternance pacifique, l’élection présidentielle est réduite à une ruée vers la curée. Le refus des candidats déclarés de prendre position dans le débat public sur la nature policière du régime, la place de l’Armée et l’impunité des auteurs de corruption, trahit une quête de suffrages de «grands» électeurs au détriment des inquiétudes et préoccupations des citoyens et du peuple.

Après le verrouillage des centres névralgiques du scrutin, le régime annonce par procuration son candidat et entreprend son plébiscite par des dirigeants gouvernementaux en activité et des moyens publics partiaux, cadenassant le scrutin.

Le MCLD considère que dans cette «votation» carcérale, boycott et participation n’ont, pour l’instant, aucun sens politique et pratique, faute d’être appuyés par un rapport de force citoyen uni, lucide et organisé, seule alternative pour un vrai changement. Les dés sont pipés ; le «petit» électeur sans illusion !

Le MCLD est convaincu que la responsabilité éthique et politique commande aux candidats crédibles, encore en lice, de se retirer d’une course alibi. Le MCLD conjure les candidats et personnalités crédibles à participer au rassemblement des énergies patriotiques pour affronter le 18 avril et à demeurer aux cotés des citoyens et militants après le scrutin.

Le droit formel de Bouteflika de postuler à sa succession ne peut et ne doit ignorer que l’acte viole la Loi pour incapacité médicale connue du monde et prouvée par son recours à autrui pour l’assumer. Bouteflika et les tenants du régime seraient bien avisés de ne pas mépriser l’ampleur de l’indignation populaire y compris parmi les partisans du président sortant! Le monde entier regarde et prendra acte de notre déchéance! S’agit-il d’élire un président de la République ou d’ériger un monarque?

Pour autant, le MCLD s’interdit d’appeler au coup d’Etat, refusant de voir le pays plonger dans les abysses des institutions et pouvoirs d’exception. Faudrait-il rappeler que l’article 88 est une alternative constitutionnelle stable et paisible faite pour sortir le pays du traquenard?

Au-delà du « candidat décrété », une gravissime question: qui va gouverner après le 17 avril? L’officialisation de la régence sur la fonction présidentielle aura été le dernier palier d’une occultation-dissipation mafieuse des responsabilités qui a annihilé toutes notions d’Etat de droit ou de contrôle citoyen. Au mieux, ce sera la fin de règne de Bourguiba, au pire, le début de la dynastie Kim Il Sung !!!

Le choix plus ou moins voulu et uni des décideurs de garder Abdelaziz Bouteflika rappelle que le mal algérien dépasse les individus aussi puissants ou maléfiques soient-ils. Au régime de Bouteflika, le peuple préfère la fin de l’Etat policier! Nous avons besoin d’être libérés d’un système prédateur et autoritariste qui stérilise le potentiel humain et dilapide les ressources par la répression, la fraude et la corruption.

Faut-il le souligner, l’option Bouteflika déplace et diffère les enjeux politiques, préfigurant de grosses convulsions à venir et rendant d’autant plus urgent le rassemblement des forces démocratiques. Le MCLD soutient toutes les manifestations citoyennes pacifiques pour une sortie du régime et contre le statu quo et condamne la répression et l’état de siège de fait.

Le MCLD appelle toutes les forces patriotiques, dans la société politique et la société civile, dans les institutions et hors des institutions, à aller vers des Etats Généraux Citoyens en vue d’élaborer les axes fondamentaux d’une transition démocratique pacifique et négociée et mettre en place les instruments militants et citoyens que la démarche requiert.

Refusant de renoncer à l’espoir et au-delà du non événement annoncé du 17 avril, le MCLD appelle les décideurs civils et militaires dont le président Bouteflika, à la raison et à la responsabilité pour faire de la prochaine mandature une chance vers une transition démocratique pacifique. L’Etat démocratique et social promis par Novembre et la Soummam passe par la dissolution de la police politique, le redéploiement de l’Armée sur ses seules missions constitutionnelles de Défense du territoire, l’abrogation de toutes les entraves aux libertés publiques, l’organisation d’élections législatives ou constituantes libres - à défaut d’une présidentielle propre - l’édification d’un Etat de droit et d’une démocratie parlementaire qui mettent fin à l’impunité et à la corruption au profit de la justice sociale et du développement durable.

Alger, le 3 mars 2014

Le porte parole

Ali Brahimi

Plus d'articles de : Communiqués

Commentaires (4) | Réagir ?

avatar
karim haddad

qaren leqbayel a si 3li:

"WIN IYI KELHEN AVRID.. INA3EL BAVAS

WINIYI KELHEN SIN IVERDHENE.. INA3EL BAVA NEKKI"

le loup a dit " qui me trahit une fois... qu'il soit maudit

mais qui me trahit deux fois.. alors que moi, je sois maudit !!

tu as proposé des elections legislatives ou constituantes??? je comprend mainternat ton retour tonitruant sur scene!!!!!

avatar
karim haddad

trop tard ya si ali!!!

tu as rejoins djamel zenati.. khaled tazaghart werba3tou!!

du temps ou vous etiez dans nos rangs (MCB COMMISSIONS) vous aviez droit a notre respect de camarades de luttes.. mais l'attrait de la mangeoire remplie de foin par le pouvoir que vous etiez sensés combattre avec nous, etait trop grand et vous a poussé a devenir de faux "DIPITIS " en embobinant vos concitoyens de bouira ou d'akbou que vous "ferez monts et merveilles " en vous introduisant dans la taniere (apn) des charognards, tout en sachant PERTINEMMENT que ce n'est que de la poudre aux yeux car, vous ne pesiez RIEN (ffs 22 dipitis et toi seul) face aux 400 khozistes du fln-rnd-ugta- etc..... et que vous ne pouvez qu'approuver les lois anti-peuple sans broncher (mis a part de temps en temps faire sembler d'etre "outré" pas plus)

vous avez trompés votre peuple et l'histoire ne pardonne pas a si 3ali... vous etes, toi, zenati. bouaiche.. tazaghart (qui crie encore au loup... sans quitter les privileges des 40 millions de solde des mercenaires dipitis).... la virginté ne se refait plus une fois la fille "defloree"....

tu as beau crier, maintenant que toi et les sbires sus cites, avaient fait votre situtation avec une retraite doree en plus.... vous etes dans les poubelles de l'histoire a l'instar des anciens harkis!!!

tais toi!

visualisation: 2 / 4