"Requête à ma mère", de Mohamed Benchicou

Mohamed Benchicou
Mohamed Benchicou

Nous publions ce poème écrit par Mohamed Benchicou à la prison d'el Harrach en mars 2006 et extrait de "Je pardonnerai" - Recueil de poèmes de prison

Fais de mes peurs invaincues

Un bracelet pour tes chevilles

A l’heure d’écraser le Paradis

Sous tes pieds menus.

Et fais de mes rêves inachevés

Une perle sur ton front

Quant tu te prosterneras

Sous l’oreille de Dieu...


Prête-moi un souffle

De ton soupir apaisé

Pour éteindre les flammes

De mon enfer intime;

Une étincelle furtive

De ton regard céleste

Pour rallumer nos croyances consumées.

Ou un bout de tes lèvres

Pour rire de mes vanités ...


J’ai vieilli mère, avec mes doutes,

Et j’entends l’enfant en moi,

Petit ruisseau perturbé

En quête d’une mer sereine.

Il me manque ta profondeur :

Comment prétendre à tes trésors ?

Laisse-moi rejoindre tes eaux

Pour y noyer les miennes

Et laver mon âme

De mes orgueils futiles.

Enlève-moi la force de haïr

Et redonne-moi la faiblesse d’aimer.

Comme quand j'étais enfant,

Beau.

Et libre.

Mohamed Benchicou
Prison d'El-Harrach
Mars 2006

Extrait de "Je pardonnerai" - Recueil de poèmes de prison

Plus d'articles de : Mémoire

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
Khalida targui

c'est beau quand on a une maman qu'on aime et qui nous aime que Dieu ait son ame

avatar
ABBES LABDELLI

C'est vraiment touchant, est dire quelque soit notre age les parents sont sacrés. Leur présence représente ce soutient psychologique que nul ne peut remplacer. C'est ainsi est faite la vie. Les gens de bonnes familles sont sensibles et leur honneur est sacré.

Ce poème traduit le grand cœur de Mr benchicou, ainsi que son malaise et ses souffrances dans cette maudite prison et sa nostalgie à cette mère affective qu'on en fait appelle dans les moments difficiles.

Mes condoléances encore une fois.

visualisation: 2 / 3