W. Tamzali, K. Daoud, B. Sansal et A. Zaoui, l’exception littéraire !

Boualem Sansal
Boualem Sansal

Quel est le point commun entre Wassila Tamzali, Kamel Daoud, Boualem Sansal et Amine Zaoui ? C’est la résistance à la médiocrité intellectuelle ! Ce sont des auteurs qui ont réussi à exprimer les vrais maux, qui freinent l’épanouissement de la citoyenneté de la société algérienne, sans autocensure, ni complaisance à l’égard de pouvoir en place et ni à l’égard des fanatiques religieux.

Leurs écrits ne s’adressent pas à une opinion internationale pour séduire les lecteurs occidentaux, comme le laissent entendre certains commentateurs, non au contraire, mais à l’opinion nationale, qui de plus en plus des lecteurs les lisent. Cependant, leur crie "réflexif" en premier lieu est d’inscrire leur revendication et leur pensée sous-jacente dans une revendication humaniste et universaliste. Sont-ils des éveilleurs de conscience ? Prétentieux de dire oui ! Néanmoins, à leur manière et chacun dans son domaine, ils dissèquent, analysent avec un esprit critique constructif les peines que chacun citoyen se heurte au quotidien, de plus ils vont à l’essentiel, en évitant de tourner en rond ! 

De son côté Sansal, qui vient de recevoir le prix de la francophonie pour l’an 2013, dans ses romans la question de l’histoire est omniprésente, mais aussi au-delà d’une logique guerrière de la Révolution algérienne, il arrive à voyager entre l’avant et le maintenant, entre le désir d’être et les moyens d’être, entre l’amont et l’aval de notre logique ! Il épuise ses arguments dans notre histoire, il essaye de dire que les martyrs ne sont pas forcément des saints et que notre histoire reste un puits sans fond inexploitable, tant que les vieux dinosaures restent "des veilleurs de conscience" !

Amine Zaoui interroge les arabophone ou les arabisant, comme il aime écrire, sur l’incapacité de s’interroger par cette langue, ce n’est pas le défaut de la langue au contraire, c’est le fardeau qui lui impose ses protecteurs. A ce sujet il écrit qu’il a "une sorte de peur vis-à-vis du lecteur littéraire arabisant". Et puis il s’interroge : "Pourquoi le lecteur littéraire arabisant réagit-il avec une telle violence, dès qu’il se trouve face à un texte créatif et libre d’imagination ? Tout écrivain révéré et sensé respecte la liberté de son lecteur. Le lecteur a le droit d’aimer ou de ne pas aimer untel ou un tel texte littéraire. Mais à condition que ce refus ne se métamorphose pas en un acte de diabolisation, de négation ou en autodafé."

Dans sa rubrique Raina raïkoume, le chroniqueur K. Daoud pose des vraies questions quotidiennement sur la politique, la religion, les traditions, etc., sans s’imposer une limite. Il titille notre conscience, il nous provoque pour se réveiller de notre long sommeil afin de réagir à cette inertie qui atteint l’ensemble des institutions algériennes, mais aussi de nous libérer de cette peur, de ne pas tout dire, inculqué depuis des décennies, avec son humeur habituel, l’amère devient "dégistable". Lisez ces lignes, qui simplifient le rapport de l’Algérien à la tolérance il écrit : "Insultes à L'islam est puni par la loi. Si un Occidental le fait, au mieux, il est emprisonné, au pire, il est décapité. Mais insultes à la chrétienté et à la judaïté ou au bouddhisme ou l'animisme, c'est courant, Hallal, cela se fait chaque vendredi, dans les mosquées, les livres les médias et les cafés".

Wassila Tamzali de son côté, dans son ouvrage Une femme en colère, courageuse, aborde toutes les questions qui fâchent notamment la condition de la femme algérienne, mais aussi la femme arabe. Ainsi dans un entretien accordé au journal Le Monde elle déclare qu’"Aujourd'hui nous sommes confrontés à un vaste chantier d'endoctrinement sur l'infériorité des femmes mené par des savants, par l'école, les télévisions par satellite, les cassettes audio, les prêches des mosquées, les milliers d'imams autodidactes, et des stars médiatiques. La question de l'égalité est une question éthique, poursuit-elle ; elle doit être abordée sur le plan des principes et pas par des réformes sociales. D'où la nécessité de la laïcité, elle seule peut renverser les rapports d'oppression dont souffrent les femmes et les hommes dans les sociétés musulmanes ; seule la laïcité peut conduire à l'émergence d'une conscience moderne musulmane."

Nous avons tellement besoin des personnes comme eux ! N’arrêtez pas de nous éclaircir notre lanterne.

Yazid Haddar

Plus d'articles de : Culture

Commentaires (9) | Réagir ?

avatar
oziris dzeus

C'est de la publicité parallèle, avant la vente concomitante. On va fourguer quelque chose de pas bon aux algériens. Une manigance qui commence par de la publicité artificielle, et finira par de l’intelligence artificielle.

avatar
samir sami

Cette exception est engagée, la règle est-elle désengagée? Ou bien n'y a t-il de littérature que celle politique ?

visualisation: 2 / 6