La faiblesse de la morale et de la gouvernance due à la rente en Algérie

A quand la fin des commissions ou les fameux 10% ?
A quand la fin des commissions ou les fameux 10% ?

Les économistes et les politiques doivent repenser les liens entre l’éthique et le développement. Les différents dossiers relatés par la presse algérienne son d’une extrême gravité traduisant l’absence de morale.

Les économistes et les politiques doivent repenser les liens entre l’éthique et le développement. Les différents dossiers relatés par la presse algérienne son d’une extrême gravité traduisant l’absence de morale. L’objet de cette contribution qui ne s’applique pas seulement à l’Algérie dans la mesure où la mauvaise gouvernance traduit la faiblesse de la morale qui sape tout processus de développement fiable. Ce d’autant plus que de nouvelles mutations énergétiques mondiales s’annoncent pénalisant l’Algérie où ses réserves de change qui sont pour l’instant son seul atout de négociations internationales, risquent de fondre comme un morceau de sucre au soleil..

L’Algérie est en plein syndrome hollandais

Comment ne pas rappeler qu’après 50 années d’indépendance politique 98% des exportations relèvent des hydrocarbures à l’état brut et semi brut important presque tous les dérivées et important 70-75% des besoins des ménages et des entreprises publiques et privées ? Pourquoi Sonatrach disposant en 2011 de plus de 2000 milliards de dinars, soit 26 milliards d’euros au cours de 2011 ne trouve pas de bons placements auprès du secteur bancaire public, constituant, à eux seuls, la majorité des surliquidités des banques publiques algériennes, où selon le rapport 2011 de la Banque d’Algérie, le total des crédits à l’économie était de 3 727 milliards de dinars, les banques ayant 50 milliards de dollars de surliquidités qu’elles n’arrivent pas à transformer en capital productif, favorisant surtout les importateurs mus par la rentabilité immédiate ? Autre paradoxe pourquoi l’Algérie place ses réserves de change à l’étranger à un taux presque nul et demande du capital argent étranger dans le cadre de la règle 49-51% où ces pays utilisent leurs fonds souverains comme certains pays du Golfe, méthode d’investissement plus bénéfique que l’Algérie malheureusement ne pratique pas ?

Absence de morale, rente et dévalorisation du travail

La crise morale, posant la problématique de l’indépendance de la Justice, de la corruption socialisée étant en plein syndrome hollandais, touche avec plus d’intensité la société algérienne étant due en grande partie à l’absence du contrôle de l’utilisation de la rente des hydrocarbures et des réserves de change produit de cette rente intiment liée à la faiblesse de la démocratisation de la société. Comment expliquer une même composante gouvernementale, malgré des scandales financiers, à quelque exception près entre 2000 et 2012 ainsi que certains postes stratégiques ? L’Algérie serait- elle stérile ? Comment ne pas rappeler, pour l’Algérie, les impacts négatifs d’une gouvernance mitigée et l’extension de la sphère informelle, produit de la bureaucratie qui draine plus de 40 % de la masse monétaire en circulation (environ 13,5 milliards de dollars en 2010) où tout se réalise en cash, la fraude fiscale, la corruption qui freinent la mise en œuvre d’affaires saines, en fait le développement de l’Algérie ?Que l’on lise et relise tous les rapports de Transparency International où l’Algérie est rétrogradée d’année en année. Ces rapports corroborent le rapport de l’OCDE de 2009/2010 pour la région MENA, où le pouvoir algérien, mû par l’unique dépense monétaire grâce aux recettes élevées du pétrole – et non du travail dépense deux fois plus pour avoir deux fois moins de résultats en référence à des pays similaires. Pour le Forum euro-méditerranéen des instituts des sciences économiques (Femise), qui a publié un rapport, en novembre 2011, sur le bilan du partenariat euro-méditerranéen, je le cite : "Le gouvernement algérien a été incapable de trouver une stratégie à long terme pour l’emploi des jeunes Malgré la création des dispositifs – Ansej, Angem et Anem –, les emplois créés sont éphémères et sous-payés. Le chômage touche particulièrement les jeunes à plus de 25% et pour certaines régions à plus de 50%". Le rapport évoque les poussées inflationnistes et l’instabilité sociale. Aussi, selon le Femise, et malgré l’optimisme des pouvoirs publics alimenté par l’euphorie du cours du pétrole, l’Algérie n’a pas encore trouvé de modèle de croissance susceptible de réduire les inégalités, le chômage et la pauvreté.

Un blocage d’ordre systémique face aux bouleversements énergétiques mondiaux

Le rapport Doing Business 2013 du 23 octobre 2012 classe l’Algérie à la 152ème sur 185 pays perdant 2 places par rapport à 2012. Sur les 19 pays de la région MENA (Middle East-North Africa / Moyen-Orient - Afrique du Nord), l'Algérie se classe à la dernière place pour le raccordement au réseau électrique, à la dernière place pour l'enregistrement des titres de propriété et toujours à la dernière place au niveau du payement des impôts, 170ème au niveau mondial avec 72% de taxation sur les bénéfices, à la 156ème place au niveau mondial, pour le commerce transfrontalier, 138 ème place pour l'octroi de permis de construire, à la 138ème place pour les facilités d'y faire des affaires. Selon le rapport du centre de prévisions internationales IHS Global Insight du 12 novembre 2012 l’Algérie va traverser, dès 2013 une période des plus difficiles et affrontera les effets, très redoutables, de la crise économique qui a secoué le monde et particulièrement le continent européen. Ce rapport est d’autant plus alarmant qu’il a été rédigé avant celui de l’AIE qui annonce un profond bouleversement géostratégique énergétique où les USA deviendrait pour le pétrole le premier exportateur au monde avant l’Arabie Saoudite pour 2020 et pour le gaz avant la Russie horizon 2025/2030, sans compter, le développement du pétrole/gaz schistes devant s’étende à l’Asie dont la Chine, réduisant les marchés pour l’Algérie, En effet, les quatre années à venir seront marquées par la persistance d'un fort taux d'inflation, la poursuite de la dévaluation du dinar et de faible taux de croissance. Le rapport souligne la poursuite «d’une appréciation timide» du dinar face au dollar à court et moyen terme. Le taux de change passera de 79,73 DA/dollar à la fin de l'année en cours à 82,43 DA en 2013 en raison de "la baisse attendue des flux d'investissements étrangers, à la baisse des exportations et à la faiblesse continue de l'euro. Une dépréciation à 78,95 dinars aura lieu en 2015 puis 77,58 DA/dollar en 2016 impactant le secteur hors hydrocarbures". Contrairement aux prévisions du FMI, le taux de croissance va connaître un léger recul en 2013 à 2,2% après celui enregistré en 2012 à 2,4%. Cela résultera toujours selon e rapport d e la baisse de la valeur les exportations d'hydrocarbures passant de 75,8 MDS USD en 2012à 67,5 MDS USD en 2013, à 66,6 MDS USD en 2014, à 64,4 MDS USD en 2015 pour remonter à 67,9. Il en résultera que le taux de croissance sera de 3% en 2014, puis 3,5% en 2015 et 4,1% en 2016. Ainsi, le baril devrait glisser à 93 dollars en 2013 et atteindre un plus bas niveau à 85 dollars en 2015 avant de remonter légèrement pour frôler les 90 dollars à l'horizon2020. Comment dès lors respecter les engagements du Ministre des finances où le budget repose sur une dépense publique variant entre 105 et 115 dollars, et comme le fait remarquer le dernier rapport du FMI l’Algérie dépense sans compter au lieu au lieu de gérer optimalement cette rente éphémère

Démocratie, Etat de droit contre la rente

Ainsi, à la lumière de ce qui se passe dans le monde arabe, selon tous ces rapports l’Algérie a deux choix : faire des efforts pour réformer ses institutions et l’économie vers plus de démocratie et de transparence, ou régresser vers une attitude protectionniste dans un effort pour maintenir le statu quo politique. Et là on en revient toujours à la morale et à la primauté du travail et de l’intelligence sur la rente, intimement liée à l’Etat de droit et à la démocratisation de la société tenant compte des histoires ancestrales des sociétés et de leurs anthropologies culturelles. Surtout des responsables qui doivent donner l’exemple s’ils veulent mobiliser leur population, éviter l’anémisation de la société ; un phénomène déjà analysé avec minutie par le grand sociologue maghrébin Ibn Khaldoun, dès le XIVe siècle, dans la Muqaddima, montrant que l’immoralité des dirigeants, avec comme impact la corruption gangrénant toute la société, provoque la décadence des civilisations.

Abderrahmane Mebtoul, Professeur des Universités Expert International en management stratégique

Plus d'articles de : Analyse

Commentaires (3) | Réagir ?

avatar
nek

Yetsemma Gallek Ssi Brahim... racontez-nous une histoire :-)

Monsieur Arbat, que voulez-vous qu'il dise de plus que ça... il a résumé dans cet article la problèmatique principale de l'Algérie.

Comprendre la problématique, c'est déjà un début de solution!!!

avatar
Brahim Arbat

Mon frère, Mebtoul, allah yarham waldik, prenez un congé, faites le vide autour de vous et essayez de penser quelque chose de nouveau, vous avez des diplômes, des qualifications indéniables, une solide expérience dans les affaires de la pensée de l'économie politique, mais vous nous radotez la même chanson depuis un bon bout de temps. C'est pratiquement le même article que vous écrivez dans ce site, qui exige de vous des "nouveauté"et surtout des perspectives concrètes.

avatar

"prenez un congé, faites le vide autour de vous et essayez de penser quelque chose de nouveau, "

Je vois que tu te prends maintenant carrément pour le psychologue du journal. Wow! Je pense que c'est à toi d'aller te reposer et de faire du vide autour de toi. D'autant plus que, contrairement à M. Mebtoul, c'est plutôt toi qui ne sers pas à grand chose sur ce site. Depuis que tu fréquentes le Matin, je ne te connais aucune réflexion intellectuelle digne de ce nom. Bizarre! Je sais que tu n'es pas habitué aux idée fortes comme celles de M. Mebtoul, mais, tout de même, avec un petit effort tu y arriveras. Sinon, apprend à zaper et à ne pas commenter des réflexions un peu trop élevées par rapport à ton niveau de CAP colonial!