A défaut de billets, faites tourner la planche à neurones M. Ouyahia !

Le Matin 04-10-2017 17926

A défaut de billets, faites tourner la planche à neurones M. Ouyahia !
Ahmed Ouyahia.

Au moment où Ouyahia jure par tous les saints que la planche à billets va sauver l'Algérie de la faillite et s'enorgueillit sur la tribune de l'APN du fait que le pays ne s'est pas agenouillé encore une fois devant le F.M.I., des députés de l'opposition crient au scandale et s'interrogent où sont les 1000 milliards de dollars dépensés dans les plans de relance économique.

Spectateur, le peuple ne comprend rien à ce cirque politique ! De la chanson de la cigale à la sagesse de la fourmi, nos officiels ont, semble-t-il, perdu le nord dans un océan de contradictions. Une planche à billets pour un pays qui ne produit presque rien ? Une planche à billets pour des rentiers qui n'ont rien à voir avec la notion de la gestion ? Une planche à billets pour une machine de corruption hyperactive ? Une planche à billets pour une administration qui pue des relents de bureaucratie ? On aimerait bien imaginer la suite.

Il ne suffit pas de répéter aux masses sur un ton faussement nationaliste et à coups de "hamdoullah" que, voilà, la nation restera toujours souveraine et ne courbera jamais l'échine grâce à cette «panacée universelle», faite maison, pour convaincre du bien-fondé de sa démarche. Car la réalité est beaucoup plus profonde que cela. Elle est surtout affaire de calculs et de prospectives d'avenir.

Nourrir un peuple de 40 millions d'habitants, lui donner de l'espoir et ouvrir de nouvelles perspectives pour cette jeunesse avide de changement n'est pas une question de quelques phrases de langue de bois tricotées devant l'assemblée du peuple, comme Ouyahia tend à nous le faire admettre, mais un plan économique et stratégique durable qui s'étale sur des années, voire des décennies, dans la continuité des politiques précédentes. Autrement dit, si un moteur d'une voiture s'arrête un jour à cause d'une panne dans la boîte à vitesse ou dans la plaquette de freins qu'on n'aurait pas tenté de réparer à temps, sans doute le problème va se compliquer davantage et toucher d'autres pièces. Ainsi, les coûts de réparation du véhicule augmenteront nécessairement.

L'Algérie est ce moteur-là dont les pièces sont défectueuses et que nos autocrates ont laissé longtemps malheureusement en l'état, occupés qu'ils sont par le gaspillage de la rente pétrolière. C'est pourquoi il est urgent de revoir de fond en comble toute notre stratégie économique et ne pas se laisser séduire par des solutions de facilité de ce genre qui nous coûteront après très cher. A moins qu'on soit attirés par l'exemple du Venezuela (pays qui a eu recours à ce système) où l'hyperinflation aurait obligé le peuple à sortir dans la rue à cause de la cherté de la vie, ou du Zimbabwe où le citoyen a besoin d'une brouette de billets pour une baguette de pain ! Bref, on a besoin de faire tourner un peu nos neurones pour éviter le pire.

Kamal Guerroua

À NE PAS RATER

Plus de Chroniques