Nous vous l'avions dit : La pluie, le soleil et Bouteflika, Par Mohamed Benchicou

Le Matin 03-10-2017 29284

Nous vous l'avions dit : La pluie, le soleil et Bouteflika, Par Mohamed Benchicou
L'ouvrage de référence

Devant ce qu’il faut bien appeler une catastrophe nationale, cette dégringolade vertigineuse des prix du pétrole, le régime algérien s’affole. N’ayant pas les réponses au drame qui s’annonce, il interdit les questions.

C’est simple, efficace et sans appel ! Mouloud Hamrouche aurait dû y penser avant de programmer sa conférence à Sidi Bel Abbès. Dans ces heures où le gouvernement n’a rien à dire, le patriotisme consisterait à savoir s’imposer le silence. L’obligation s’applique à tous, même à lui, Hamrouche, tout ancien Premier ministre qu’il fut. Le pouvoir ne tolère les communications publiques que lorsque ses mensonges sont rôdés, c’est-à-dire assez plausibles et suffisamment charmeurs pour l’emporter sur les discours des opposants. Aujourd’hui, les dirigeants algériens sont sans recours.

Ah, qu’ils regrettent ce temps qui les fit cigales, sourds aux mises en garde, barbotant dans l’insouciance et l’imprévoyance.

C’était le temps, rappelez-vous, où l’on était sourd aux avertissements d’où qu’ils venaient, le temps où l’on chantait la gloire du parrain, où l’on promettait aux uns la lune, aux autres Mars et Jupiter, ce temps radieux où l’on jurait aux gens de Mascara qu’avec l’argent du pétrole, ils seraient bientôt Californiens et aux jeunes chômeurs qu’ils seraient bientôt riches sans avoir à faire la révolution, « pas comme ces fous de Libyens, parce que, voyez-vous chers compatriotes, ici c’est la terre bénie et la tirelire nationale y est inépuisable grâce à Dieu qui nous a envoyé la pluie, le soleil et Bouteflika ». Mais tout cela c’était avant que ne sonne le tocsin des mauvaises nouvelles : l’argent du pétrole, c’est presque fini ! Et l’Algérie d’aujourd’hui ne sait toujours rien faire d’autre que de vendre du pétrole. Du pétrole et pas autre chose. Bouteflika, à la différence de ceux qui l’ont précédé, a fait du pétrole le moteur de sa stratégie de pouvoir : le pétrole pour acheter la paix sociale, le pétrole pour inonder les souks et flatter les estomacs, le pétrole pour enrichir la pègre pétrolière internationale et s’assurer de son amitié, le pétrole pour s’offrir une réputation… Non, plus de débat public sur les immenses échecs du régime de Boteflika et l’interdiction de la confé- rence de Hamrouche augure d’un durcissement sans précédent. Il va falloir réapprendre à se taire en même temps que se serrer la ceinture ! Le clan Bouteflika est effaré par l’ampleur de ses propres échecs et donc par la sombre postérité qui se profile pour lui, celle de rester dans l’histoire comme l’équipe gouvernante qui n’aura respecté aucune de ses présomptueux engagements annoncés,tous, sur le mode de l’arrogance et de la suffisance.

M. B.

Crite en 2015

À NE PAS RATER

Plus de Chroniques